ico kellerChaque année depuis plus de 5 ans, Silicium met à l’honneur des héros de l’histoire de l’informatique que les membres peuvent retrouver sur leur carte de l'année en cours. D'une manière générale, les femmes ont longtemps été sous-représentées dans l'histoire de l'informatique. Elles ont pourtant toujours été présentes et Silicium s'efforce de les mettre en lumière. Après Ada Lovelace et Grace Hopper, nous avons choisi pour 2021 une personnalité assez méconnue, mais pourtant particulièrement intéressante.

 

 keller3

 

Mary Kenneth Keller

Soeur Mary Kenneth Keller (17 décembre 1913 – 10 janvier 1985) est une Américaine native de Cleveland qui est entrée dans l’histoire pour avoir obtenu le premier doctorat en informatique aux USA. C’était en 1965.
Mary entre en 1932 dans la congrégation des sœurs de la Charité de la bienheureuse Vierge Marie et prononce ses vœux en 1940. Elle est reconnue pour ses compétences en mathématiques et en physique et peut s’inscrire à l'université du Michigan. Elle poursuit son cursus à Purdue dans l’Indiana puis dans le Wisconsin avant de rejoindre le Dartmouth College du New Hampshire. En 1943, elle obtient une licence de mathématiques à l'université catholique DePaul de Chicago, puis en 1953 un master en mathématiques et physique.
Au mitan des années 60, la filière informatique n’est pas très développée dans le monde universitaire. Seule une douzaine de facultés ont des départements de « Computer Science » et les travaux informatiques sont souvent issus de la filière mathématiques. Mary est la première femme à entrer au Computer Science Center de Dartmouth en 1964. Elle participera aux travaux d’élaboration du langage BASIC.
L’ampleur du domaine allant croissante, il se trouve que c’est Mary qui va décrocher le premier doctorat au Computer Sciences Department de l’Université du Wisconsin, le 7 juin 1965. La thèse de Keller s’appuie sur du FORTRAN 63 CDC et est intitulée "Inductive Inference on Computer Generated Patterns." Fait étonnant, elle partage la vedette avec un autre PhD obtenu le même jour par Irving C. Tang du département de mathématiques appliquées et informatique de l’Université Washington de Saint-Louis.

keller7
C’est la première aux USA, mais pas la première dans le monde. En France, Marion Créhange a soutenu une thèse en informatique à l'Université de Nancy en 1961.
À la fin des années 60, Mary fonde le département informatique à l’Université catholique pour filles de Clarke College à Dubuque dans l’Iowa et y présidera pendant 20 ans jusqu’à sa retraite.
En parallèle, elle va constamment promouvoir l’informatique. Elle participera à la création en 1968 de l’Association of Small Computer Users in Education (ASCUE), avec le but de diffuser l’informatique dans les universités les plus petites. Son mantra est la diffusion du savoir informatique au plus grand nombre.

Soeur Mary Kenneth Keller meurt le 10 janvier 1985, à 71 ans, à Dubuque (Iowa).

 

general electrics ge 210 ad

 

BASIC

Le langage de programmation BASIC (Beginners All-Purpose Symbolic Instruction Code), a été créé par John G. Kemeny et Thomas E. Kurtz au Dartmouth College en 1964. Le but était de permettre aux étudiants qui n’étaient pas matheux ni mêmes scientifiques de pouvoir utiliser les ordinateurs. L’idée était d’avoir une syntaxe simple et une exécution du programme immédiate pour plus de facilité.
Ce projet sera financé par une dotation de $300 000 de la National Science Foundation pour l’achat d’un ordinateur General Electric GE-225 accompagné de quelques Télétypes. C’est dans l’équipe d’étudiants œuvrant sur ce projet que l’on va retrouver Mary Kenneth Keller.
En 1970, des centaines de terminaux seront connectées sur toute la fac de Dartmouth. Ce sera le début de la gloire pour le langage BASIC qui deviendra vite universel.

 keller4

Fabri-Tek Bi-Tran 6

Les photos de Mary Kenneth Keller sont assez rares. Sur une d’entre elles, on la voit poser avec le sourire accoudée à un Fabri-Tek Bi-Tran 6. Cette machine particulièrement obscure est un ordinateur d’apprentissage de 1965. Bi pour Binary, Tran pour trainer et 6 pour 6 bits : elle dispose de 128 mots de 6 bits et de 8 registres spécialisés (qui s’affichent sur le panneau de commande). La programmation se fait avec 30 instructions. On peut lui adjoindre lecteurs de bandes et de cartes perforées.
Sa console géante est conçue pour être très visuelle pour un groupe d’étudiant. Des cartes ou des modules peuvent être installés verticalement au-dessus. Sur la photo avec Mary, une des deux cartes semble même disposer d’un afficheur à 6 chiffres.
Fabri-Tek l’annonce comme un ordinateur complet en miniature. Pour preuve, il ne pèse que 22 kg et ne coutait que $5500 !

 keller1

 

Pour vous donner une idée de la programmation de ce bel ordinateur, voici une exemple de code extrait de la brochure de présentation :

 

Instruction
Address

Operation
Code

Operand
Address

Remarks
 A0  LDA  X0  Initializing phase
 A1  STA  X1  set X=0
 A2  LDA  X3  Compute
 A3  SUB  X1  
 A4  STA  X2  Y=7-X
 A5  MPY  X1  
 A6  STQ  X5  Compute XY
A7 LDA X4  
A8 SUB X5 Compute 10-XY
A9 NZE A14 Decision : if 10-XY=0,
A10 LDA X1 go to A14, otherwise continue
A11 SRE 5  
A12 LDA X2

Display X1

A13 STP 0 Display Y and stop
A14 RAU X1 Increase X by 1
A15 UNE A2 Return to A2

 

 fabri tek bi tran6 computer education

 

 

fabri tek bi tran6 computer education ad

En conclusion

Si Mary semble avoir eu un parcours historiquement modeste, elle n’en demeure pas moins une pionnière trop longtemps méconnue. C’est la première femme à être admise dans sa filière au Dartmouth College. C’est un moment important quand on le replace dans le contexte historique des années 60. Ce sera ensuite la première personne à obtenir un PhD informatique, c’est donc indéniablement une pionnière.

 

 keller2

keller5

keller6

sources photos inconnues

Go to Top