ico pc1211Le Sharp PC-1211 a étonné beaucoup de gens à sa sortie en 1980. Avant lui, il n'y avait que des calculatrices à affichage exclusivement numérique, programmables d'une manière assez rustique en Langage Machine Spécialisé (le LMS, et ses codes de touches à apprendre par cœur !). Seule la Hewlett-Packard 41C, sortie l'année précédente, affichait 12 caractères alphanumériques grâce à un afficheur à segments, mais toujours sous forme d'une calculatrice à la programmation un peu rustique.

Et voici que Sharp nous sort un véritable ordinateur de poche disposant d'un écran de 24 caractères d'affichage alphanumériques matriciels, programmable en langage évolué (Basic) et disposant d'une mémoire (permanente) de 1680 octets disponibles pour l'utilisateur, bien plus qu'un Sinclair ZX-80 ! Et pour simplifier la vie de son utilisateur, il l'accompagne d'une interface-cassette CE-121, puis d'une imprimante et interface-cassette CE-122...

 
sharp logo


Bref, un système complet pour un prix raisonnable, utile à pour tous ceux ayant besoin d'une machine portative, qu'ils soient lycéns, étudiants ou travaillant "sur le terrain" (ingénieurs, géomètres etc...). Et c'était aussi une machine excellente pour s'initier à la programmation, à une époque où bien peu de gens avaient accès à un micro-ordinateur "de table".

 

La machine

Joliment dessinée dans un boîtier estampé en aluminium, peu épaisse et tenant bien dans la main, c'est matériellement une réussite esthétique. Le clavier QWERTY sur membrane caoutchouc est doux, fiable et bien conçu, à l'exception de la touche MODE, qui oblige à des appuis répétés pour accéder au mode voulu ; l'afficheur à cristaux liquides sur fond jaune donne 24 caractères (majuscules, chiffres et symboles) en matrices 5x7 qui sont très lisibles bien que sans réglage de contraste, ainsi divers indicateurs. Enfin, un connecteur 9 broches sur le côté gauche permet la connexion aux extensions CE-121 et CE-122.

On ne peut pas en dire autant de son étui de protection, en plastique rigide épais (on peut marcher dessus !), mais qui ne ferme pas et duquel le PC-1211 glisse facilement, généralement jusqu'au sol avec les dégâts imaginables... De même, pour changer les piles, tournevis obligatoire pour dévisser le dos, car la machine n'est pas munie d'une trappe. Heureusement, un trou est prévu au dos pour accéder au poussoir All Reset sans démontage (bien qu'il ne serve que très peu, en fait).

sharp pc1211

 

Utilisation directe

Son utilisation est tout aussi simple : une fois choisi le mode par la touche MODE (RUN pour calculs directs et exécution de programmes, PRO pour programmer, RESERVE pour redéfinir les touches redéfinissables, et DEF pour utiliser l'exécution directe de programme par leur touche-étiquette), on dispose d'un excellent éditeur pleine page par les quatre flèches de déplacement, avec fonctions d'insertion (INS) et de destruction (DEL) de caractères, tellement bien conçu qu'il sera repris sur tous les modèles ultérieurs. À noter qu'en cas d'erreur, le curseur se positionne exactement à l'endroit du problème, ce qui en fait une excellente machine d'initiation.

Le tout avec une mémoire constante (ne s'effaçant pas à l'extinction) de 48 octets pour les 18 touches redéfinissables, 208 octets de variables fixes (A à Z) et 1424 octets programmables, mais qui peuvent également être automatiquement transformés en variables supplémentaires à fur et à mesure des besoins. Par contre, pas d'extension possible de cette mémoire (quoique...voir rubrique "Evolution").

 

Programmation

On dispose en ROM d'un Basic restreint, mais suffisant : pas de READ..DATA..RESTORE, ON..GOTO ou ON..ERROR manquent à l'appel, ni PEEK, ni POKE, ni INKEY$ (adieu les jeux de réflexe, mais de toute façon le PC-1211 ne sait pas afficher un message en continuant d'exécuter son programme), des variables pouvant être adressées en un tableau unidimensionnel, et les fonctions mathématiques et trigonométriques de base sur dix chiffres significatifs et un exposant jusqu'à +/-99. Pas si restreint que cela, d'ailleurs : des fonctions de traçage de l'exécution (DEBUG) et un PRINT USING performants sont présents, ce que bien des "vrais" ordinateurs n'avaient pas à cette époque... sans compter que les fonctions numériques donnent des résultats précis jusqu'à la dernière décimale (arrondie), là ou les ordinateurs individuels se contentaient souvent de 6 chiffres significatifs... Pas de graphismes à l'écran ni de musique (juste un BEEP) non plus, c'est un outil de calcul, après tout !

Mais son gros manque est sur l'alphanumérique : on peut mémoriser une chaîne (7 caractères maximum) dans une variable et tester l'égalité de deux chaînes de caractères. Et c'est tout ! Rajoutez-y une vitesse d'exécution ridicule (24 secondes pour compter de 1 à 100 !!!) et vous obtenez une machine simple, mais dont les résultats ne sont pas ridicules pour autant. Pour exemple, un programme d'André Warusfel paru dans l'Ordinateur de Poche arrivait à calculer les cent premières décimales de la racine carrée de 2 (mais mettait sept heures pour y parvenir).

 

Périphériques dédiés

  • L'interface-cassette Sharp CE-121 est un petit berceau sur lequel vient se glisser le PC-1211, et qui permet le raccordement à un magnétophone à cassettes. Que n'a-t'on dit à l'époque sur le manque de fiabilité des sauvegardes sur cassettes...Et pour le PC-1211, c'est souvent vrai...Même vérifié après enregistrement, un programme reste difficile à recharger, d'autant plus que si vous avez oublié son nom (obligatoire pour la sauvegarde), impossible de le recharger ! Mais bon, les magnétophones à cassettes avaient au moins le bon goût de ne pas coûter cher. Beaucoup moins cher en tout cas qu'un lecteur de cartes magnétiques genre HP-41C !
  • L'imprimante et interface-cassette Sharp CE-122 est un berceau plus grand sur lequel s'encastre le PC-1211, et qui dispose outre les fonctionnalités de la CE-121, d'une imprimante matricielle à ruban encreur sur papier normal de 16 caractères de large (c'est peu, mais tellement utile, à défaut de grand écran...). Autonome grâce à sa batterie Nickel-Cadmium intégrée, ce périphérique était livré dans une petite mallette rigide en simili-cuir brun avec l'inscription en gros caractères dorés à l'arrière : "SHARP POCKET COMPUTER SYSTEM CARRYING CASE". Eh oui, avoir un ordinateur à l'époque, c'était rare et valorisant pour son propriétaire, il fallait donc que ça se voie !

sharp pc1211ce122

 

Quelques ruses

Pour utiliser l'imprimante CE-122, mettre le curseur PRINT de la CE-122 sur ON, mettre le PC-1211 en mode d'impression par deux pressions sur la touche ON, et tout ce qu'un programme affiche par PRINT sera imprimé. Pour lister un programme, LIST l'imprimera, du début à la fin (mais 1424 octets, cela va assez vite...). A noter que l'on trouve toujours des rubans encreurs neufs compatibles (Epson ERC-05B) et des rouleaux de papier de la bonne largeur chez les magasins de fournitures de bureau, la mécanique de cette imprimante d'origine Seiko ayant été utilisée par de très nombreux équipements professionnels.

Le PC-1211 connaît l'algèbre booléenne. S'il est impossible d'écrire IF A=2 AND B=3 THEN.., il suffit de ruser par IF (A=2)*(B=3) THEN.., et de même pour OR remplacé par + (la valeur 1 est attribuée aux expressions vraies, la valeur 0 aux expressions fausses). Ce qui explique aussi que dans certains programmes, l'on voit IF A THEN.. qui est équivalent à IF A=1 THEN.. mais économise trois octets.

Vous voulez encore économiser d'autres octets ? Simple, il suffit de ne pas refermer les parenthèses terminant un calcul. L'interpréteur Basic comprendra, c'est cela la souplesse ! De même, pour économiser vos doigts, pas la peine d'écrire PRINT ou GOTO en entier : P. ou G. suffiront ! Cet agréable système d'abréviations marche avec tous les ordres, et sera repris sur tous les autres ordinateurs de poche de Sharp.

 

Evolution

Parallèlement au lancement du PC-1211, Sharp avait négocié un accord de commercialisation avec Tandy Radio Shack, qui commercialisera en même temps un clone, le Tandy TRS-80 Pocket (renommé ensuite PC-1) et ses périphériques, identiques mis à part la carrosserie (estampage autour de l'écran et couleurs différentes), avec exclusivité pendant un an aux USA. Les deux machines ainsi que leurs périphériques sont entièrement compatibles.

Un dérivé économique (mémoire programme réduite à 400 octets) sortira ensuite dans certains pays, le PC-1210, mais ne connaîtra aucun succès et disparaîtra assez rapidement...de même, l'auteur d'un reportage sur les usines Sharp au Japon a rapporté avoir vu un PC-1211 raccordé via un "mystérieux boitier" à un modem (voir La revue des Sharpentiers nº 6 page 25), mais ni l'un ni l'autre ne seront commercialisés.

En novembre 1982, le PC-1211 sera remplacé par le PC-1212, quasiment identique : afficheur à fond gris et non jaune, couleur autour de l'écran plus foncée (il semble que ce changement de type d'afficheur ait pour but d'éviter les problèmes de vieillissement des afficheurs LCD jaunes, plus fréquents que les gris).

Enfin, en février 1983, une publicité de l'entreprise Boutisoft est apparue, annonçant un miracle pour le PC-1211 : une extension mémoire interne à 12 Ko appelée SHARM, incluant accélération et connexion possible à de nouveaux périphériques pour la confortable somme de 1500 francs. Est-ce en raison de ce coût, ou alors parce qu'il s'agissait peut-être d'une arnaque (envoyez votre PC et votre chèque, et espérez ensuite le revoir un jour...?), mais il semble que personne n'en ait jamais vu un modifié de la sorte !

A noter que les tous premiers PC-1211 n'utilisaient que trois piles pour leur alimentation. Tous les modèles ultérieurs (1211, 1210, 1212 et Tandy) en nécessiteront quatre. De même, il y a eu au moins deux versions de ROM différentes : certaines de ces machines interprètent l'ordre CLOAD 1 (ancêtre de MERGE), d'autres le refusent.

 

Le coin du collectionneur

Le PC-1211 comme les CE-121 et CE-122 sont des machines courantes (au prix peu élevé). Mais la technologie de l'écran LCD jaune du PC-1211 vieillit souvent très mal, avec l'apparition progressive de zones noires sur l'afficheur, certains modèles ne semblant pas être touchés pour autant. Donc à l'acquisition, fuyez les écrans avec des traces foncées sur les bords ou ailleurs : c'est absolument irréparable ! Concernant la CE-122, le seul problème courant est celui du coulage éventuel des accumulateurs Nickel-Cadmium, mais c'est un problème invisible sans démontage. A part cela, c'est une machine ordinairement sans problème particulier, et tous ses consommables se trouvent encore en neuf en 2013.

Evidemment, concernant les accumulateurs Nickel-Cadmium de la CE-122, n'en attendez pas de miracle : s'ils fonctionnent encore, ils seront de toute façon à changer tôt ou tard !

 

Caractéristiques : Sharp PC-1211 Pocket computer

Généreux donateur : Nicolas Gilles (juin 2001)

Microprocesseurs : CMOS SC43157 + SC43158, puis SC43157 + SC43178, cadencé à 256 kHz (eh oui, 256000 Hertz !)
Système de calcul : priorité algébrique avec les quatre opérations, puissance, fonctions trigonométriques et leurs inverses (en degrés, radians ou grades), conversion décimale -> sexagésimale et inverse, logarithme et exponentielle, racine carrée, signe, valeur absolue, partie entière et algèbre booléenne (1)
Langage de programmation : Basic restreint Sharp en ROM (au moins deux versions différentes)
Mémoire : mémoire constante CMOS de 1680 octets utilisateur (dont 48 pour RESERVE, 208 pour les 26 variables fixes (A->Z) et 1424 pour le programme, automatiquement négociables en variables, 1 variable supplémentaire coûtant 8 octets)
Niveaux : 8 de données, 16 de fonctions (soit 15 niveaux de parenthèses), 4 de sous-programmes, 4 de boucles FOR..NEXT (1)


Afficheur : LCD alphanumérique (sur fond jaune), 1 ligne de 24 matrice 5x7 non graphique
Connecteurs : 1x 9 broches spécifique Sharp
Dimensions : 175x70x15mm (1)
Poids : 170 g. (1)
Alimentation : 3 puis 4 piles au mercure type MR44 1.35V DC (1) ; remplaçable actuellement par LR44, A76, V13GA, 357 (ou équivalent) 1.5 V ou 1.55V
Autonomie : 300 heures (1)

Accessoires d'origine : piles au mercure, étui rigide, overlay, manuel d'initiation (50 pages en français), manuel d'utilisation (102 pages en français), manuel d'applications (306 pages en français)  (1) (2)
Date de sortie en France : Juillet 1980 (première publication dans l'Ordinateur Individuel nº 19)
Prix public : 1465 francs (octobre 1980), 1075 francs (septembre 1981)

(1) : données constructeur
(2) A noter une traduction parfois assez hasardeuse des notices... par exemple, page 3 du manuel d'initiation :
"La clé du succès resiole dans la de la programmation de l'unpisarionde la machine d'Frequences rapprochees" (sic)...?

 

Caractéristiques : Sharp Cassette interface CE-121

Connecteurs : 1x 9 broches spécifique Sharp, câble non détachable 3 prises jack mâles monophoniques (3.5mm EAR et MIC, 2.5mm REMOTE) pour un magnétophone
Dimensions : 210x90x21mm
Poids : 255 g.
Alimentation : 3 piles type LR06 1.5V DC

Date de sortie en France : Juillet 1980 (première publication dans l'Ordinateur Individuel nº 19)
Prix public :176 francs (octobre 1980), 145 francs (septembre 1981)

 

Caractéristiques : Sharp Printer and cassette interface CE-122

Impression : matricielle à peigne 5x7 sur papier normal, 16 caractères par ligne (1), non graphique, jeu de caractères identique au Sharp PC-1211
Vitesse d'impression : 1 ligne/sec. (Optimiste !) (1)


Connecteurs : 1x 9 broches spécifique Sharp, 1x 3 prises jack femelles monophoniques (3.5mm EAR et MIC, 2.5mm REMOTE) pour un magnétophone, prise chargeur
Dimensions : 282x95x35mm (1)
Poids : 410 g. (1)
Alimentation : accumulateurs Nickel-Cadmium rechargeables intégrés (4 unités type RC06 1.2V), temps de charge : 15 h (1)
Autonomie : 8000 lignes (1)

Chargeur : Sharp EA-11E (6V DC 150 mA, négatif au centre) (1)
Papier : normal en rouleau de 45mm de largeur par 25mm de diamètre (1) ; remplaçable actuellement par largeur 44mm
Ruban encreur : Sharp EA-800R (1), remplaçable actuellement par Epson ERC-05B ou compatible avec cette dernière référence

Accessoires d'origine : boîte de rangement, 1 ruban encreur, 3 rouleaux de papier, câble triple de raccordement (jack-jack mâles) au magnétophone, manuel d'utilisation (122 pages en 4 langues dont le français) et chargeur EA-23E (1)
Date de sortie en France : Avril 1981 (première publication dans l'Ordinateur de poche nº 1)
Prix public : 850 francs (septembre 1981)

(1) : données constructeur

 

Référence : les revues de l'époque

  • Publicité Sharp parue dans Micro Systèmes (nº 23 page 147 de septembre-octobre 1980)
  • Publicité Sharp parue dans L'Ordinateur de Poche (n°1 page 10 d'avril 1981)
  • SHARM, info ou intox ? Publicité Boutisoft, dans L'Ordinateur de Poche (nº 11 page 10 de mars 1983)
  • PC-1211 : Banc d'essai dans L'Ordinateur Individuel (nº 19 page 68 de juillet-août 1980)
  • PC-1211 : Banc d'essai dans Micro Systèmes (nº 16 page 55 de mars-avril 1981)
  • CE-122 : Galop d'essai dans L'Ordinateur Individuel (nº 26 page 118 d'avril 1981)
  • CE-122 : Information parue dans L'Ordinateur de Poche (nº 1 page 13 d'avril 1981)
  • PC-1212 : Qu'y a-t'il à l'intérieur, dans L'Ordinateur de Poche (nº 15 page 25 de juillet-août 1983)

 

 

Go to Top