ico ti30Pour cette fois, il ne va pas être question de machines programmables dans des langages plus ou moins ésotériques, bourrés d'ordres d'entrées-sorties ou de sous-routines graphiques que l'on PEEK ou que l'on POKE...Rien de tout cela, mais seulement une machine simple et abordable, que des millions de personnes ont utilisé durant leur scolarité. Et en ce sens, la simple TI-30 a beaucoup pesé dans la démocratisation des outils de calcul.

 

tilogo

 

En effet, cette machine de grande diffusion est pour les non-programmables ce qu'à été la TI-57 : une machine d'entrée de gamme, suffisamment performante pour accompagner toute une scolarité, et surtout extrêmement peu coûteuse (150 francs environ) pour ses performances : ce n'est pas pour rien que l'on en a vu par dizaines dans les classes de collège et de lycée des années 70 et 80 !

 

La machine

La première de la série TI-30, sortie en 1977 a été une machine de la série Majestic, dans un beau boîtier tout plastique noir et bronze doré doté de 45 touches et d'un afficheur à diodes électroluminescentes à huit chiffres. Au dos, une rappe donne accès à une simple pile 9 volts. Rajoutez-y un étui souple et le tour est fait : simple, efficace, sobre.


ti30

 

Utilisation directe

Les calculs direct sont aussi aisés qu'une calculatrice dotée de la priorité algébrique des opérations (Algebraic Operation System ou A.O.S.) peut l'être : 1 + 1 =, tout est dit. Les fonctions mathématiques essentielles sont là : trigonométrie et leurs inverses en degrés, radians et grades, logarithmiques, racines et puissances, rajoutez-y une mémoire par STO et RCL, mais aussi SUM et EXC (quel luxe !) et une possibilité de calcul avec constante (2 xK 1 =, 2 =, 3 = affichant successivement 2, 4 ,6 comme résultat), et le tour est fait. C'est peu, mais c'est suffisant pour des besoins scolaires, à une époque où même les professeurs n'étaient pas encore habitués à ces outils de calcul...

Anecdote très personnelle à ce sujet : je me rappelle avoir littéralement époustouflé mon professeur de mathématiques en classe de quatrième, rien qu'en lui montrant la touche tan (fonction tangente) de ma simple TI-30...Il n'en revenait pas, le pauvre, d'avoir passé une carrière à calculer des tangentes d'après des tables de valeurs, alors qu'une simple touche donnait (presque) immédiatement la réponse sur une machine à moins de 200 francs de l'époque !

La TI-30 LCD apportera une fonction supplémentaire : la factorielle.

 

Programmation

Pour ce prix-là, fallait pas trop en demander... D'autres machines utilisant les mêmes boîtiers, comme les TI-51-III et TI-55, amèneront une capacité limitée de programmation, mais c'est une autre histoire...

 

Périphériques dédiés

Aucun. Pour quoi faire, d'ailleurs ?

 

Quelques ruses

Une particularité originale : la TI-30 disposait d'un économiseur d'écran ! Après une demi-minute, l'affichage était remplacé par un simple point circulant de gauche à droite jusqu'à ce qu'on la réveille en pressant sur une touche ou qu'intervienne son extinction automatique au bout d'une dizaine de minutes. Même si c'était en fait un économiseur de piles (les DEL sont très gourmandes), ce principe a été adopté par tous les ordinateurs modernes vingt ans après...

ti30box

 

Evolution

Parallèlement à la fabrication de la TI-30, Texas Instruments a aussi produit une machine très, mais alors très similaire : même électronique, même boîtier Majestic, mêmes performances, la SR-40 n'est différente que par sa livrée noire, ses inscriptions sur les touches et son pack de batteries rechargeables d'origine...

La TI-30 connaîtra une "grande" soeur : le TI-33, identique mis à part 3 mémoires au lieu d'une seule. Et beaucoup d'autres machines utiliseront un boîtier semblable, malgré une électronique et des fonctions bien différentes, allant de la financière "Business Analyst" jusqu'à l'informaticienne "TI Programmer" en passant par les programmables telles que la TI-55.

En 1981 sortira une version modernisée : la TI-30 LCD, apportant une fonction supplémentaire (la factorielle) dans un boîtier très différent, puisqu'avec une façade aluminium, un afficheur LCD et un profil étrange, dû au renflement nécessité par les deux piles type LR6 qui l'alimentent. Elle connaîtra le même succès jusqu'à la fin de sa carrière en 1983, en raison de son prix très modéré. La façade de son boîtier aura aussi des dérivés, dont la programmable TI-53 ou la financière TI-44, de la couleur typique des machines financières de l'époque : dorée...

Mais le nom de TI-30, devenu une véritable marque commerciale, servira pour beaucoup d'autres machines : les TI-30 II (1981), TI-30 D et SLR (1982), TI-30 III (1984), TI-30 Galaxy et Galaxy SLR (1984), TI-30 Solar et SLR+ (1987), TI-30 Stat et Challenger (1988), TI-30 X et X Solar (1993), TI-30 Xa et Xa Solar(1994), TI-30 S (1996), TI-30 Xa SE et Eco RS (1999), TI-30 X IIB et X IIS (1999), TI-30 XA et XB (2004), TI-30 XB et XS Multiview (2007) seront toutes des machines non programmables d'entrée de gamme, même si leurs performances seront sans cesse croissantes, le dernier modèle ayant même un écran graphique...

 

Le coin du collectionneur

Les TI-30 sont des machines qui ont été extrêmement courantes : environ 15 millions de TI-30 (à diodes) et TI-30LCD ont été vendues de part le monde ! Autrement dit, en termes financiers, elles ne valent rien ! L'ennui est qu'en termes techniques,c'est pareil : elles ne valent rien non plus, conception et construction à prix tirés oblige...Il n'est ainsi pas évident d'en trouver une fonctionnelle.

 

Caractéristiques techniques : Texas Instruments TI-30

Microprocesseur : TMC 0981
Système de calcul : priorité algébrique avec les quatre opérations, puissance, fonctions trigonométriques et leurs inverses (en degrés, radians ou grades), logarithme et exponentielle, racine carrée, puissance, sur 13 chiffres significatifs (8 affichés) et exposant +/-99 (avec 5 chiffres significatifs dans ce cas)
Langage de programmation : aucun
Mémoire : 1 mémoire numérique

Afficheur : à diodes électroluminescentes 8 chiffres
Connecteurs : aucun
Dimensions : 148x78x36mm
Poids : 114 g.
Alimentation : 1 pile type 6F22 9V ; ensemble RK-3 d'accumulateurs rechargeables BP-8 et chargeur AC-9132A en option
Accessoires d'origine : mode d'emploi en cinq langues (dont 44 pages en français), étui souple

 


 

 

Go to Top