ico casio pb1000

 

Casio aura attendu jusqu'en 1987, mais aura finalement réussi à égaler Sharp et son haut de gamme PC-1600... Et d'une manière impressionnante avec le PB-1000, probablement l'un des meilleurs ordinateurs de poche de l'âge d'or des pockets !

casiologo 

La machine

De dimensions encore raisonnables lorsqu'elle est pliée, elle découvre une fois ouverte :

  • en haut, un grand afficheur 4 lignes de 32 caractères graphique (192x32 points), et tactile : 16 zones sont à la disposition du programmeur (rien qu'en pointant le doigt sur l'écran), et touches de fonction sensitives mais pratiques.

  • en bas, un clavier complet et confortable, puisqu'il peut utiliser toute la surface disponible (et non comme Sharp, obligé de faire des micro-touches de fonction pour tout faire rentrer dans un format réduit).

Pas d'étui, mais si l'intérieur est en plastique noir, l'extérieur est en grande partie protégé par une carrosserie en métal estampé.

 

casio pb1000

 

Ce serait parfait si le logement des piles n'était pas en partie supérieure, car cet ordinateur ne peut être utilisé qu'à plat : il ne tient même pas en équilibre s'il n'est pas complètement ouvert. C'est l'une des deux fausses notes de cette excellente machine. L'autre, c'est sa mémoire : 4 Ko d'origine, extensible par un module de 32 Ko installable après démontage du capot inférieur.

Quant à ses manuels, ils sont sans doute les meilleurs jamais vus en pockets : le premier (Owner's manual) expose la machine, ses fonctions et particularités de manière claire, logique, ordonnée et vraiment complète (même la carte de la mémoire et les brochages des connecteurs d'interface y sont !), et le second (Command Reference) est la liste détaillée et commentée de tous les ordres Basic, mais aussi de ceux de l'assembleur et du Langage-Machine de cet ordinateur. Et si cela ne suffit pas, un troisième manuel (Technical Reference) vendu séparément venait compléter les informations du hardware... Du jamais vu chez Casio, on est loin, très loin du brouillon désordonné et imprécis qui servait de mode d'emploi pour le FX-702P...

 

Utilisation directe

Enfin un éditeur plein écran : les flèches de déplacement autorisent le déplacement sur un écran virtuel de 8 lignes (dont 4 affichées) ! Enfin l'on peut modifier un calcul déjà entré, et même mieux, travailler directement sur plusieurs formules en les revalidant au passage.

Quant aux capacités de calcul, excusez du peu : mathématiques, trigonométriques hyperboliques (fonctions directement accessibles grâce à une touche F bleue), statistiques sur deux variables, plus une fonction de stockage d'une formule (touches IN, OUT et CALC) permettant aisément des calculs successifs, le tout avec une précision de dix chiffres significatifs (et exposant jusqu'à +/-99), voici pour le mode CAL, aussi complet que pratique bien que traditionnel. Dommage que les fonctions trigonométriques soient limitées à quatre tours (1440 degrés), mais c'est un défaut de tous les Casio... ou une marque de fabrique ?

Et en prime, le mode (et la touche) MEMO, permettant de créer et d'utiliser facilement un petit fichier de données (qui a parlé d'antisèches ?), fonction simple mais extrêmement pratique pour des répertoires, des notes...

Mais le meilleur est à venir, ce sont ses capacités de programmation : Basic ou assembleur résident, rien que ça...!

 

casio pb1000-3

 

Programmation

Enfin un éditeur plein écran : depuis le temps que Casio nous imposait ses éditeurs limités à une seule ligne, cela mérite bien de l'écrire deux fois !).

Et pléthore de modes accessibles par menu tactile en bas de l'écran (que la touche MENU permet de rappeler si besoin est) :

  • le mode BASIC, donnant accès à un langage vraiment très complet, agrémenté de fonctions de gestion de fichiers séquentiels (sur disquette ou en mémoire) ou à accès direct (sur disquette), auquel il ne manque guère que des fonctions de programmation structurée et autre chose qu'un BEEP 0 ou 1 (bien que le langage-machine permette de résoudre ce manque)... Tellement complet qu'il en serait fastidieux de les énumérer, mais rien d'important ne manque, pas même les ordres d'impression graphiques (en codes CHR$ malheureusement ! D'autant plus que les fonctions de calcul sont évidemment accessibles sous Basic (même les fonctions statistiques). Et guère de limitations : 255 niveaux de boucles, niveaux de sous-programmes illimités (permettant une pseudo-récursivité), la seule limitation est la mémoire disponible : 4096 octets en version de base, rendant indispensable l'extension-mémoire 32 Ko (qui, elle donne 36864 octets utilisables)

  • le mode DATA, permettant de créer des fichiers ASCII séquentiels, mais aussi de créer les fichiers-sources en mnémoniques Assembleur

  • le mode EDIT, permettant d'éditer des fichiers (Basic ou autres !)

  • le mode DISK, pour gérer le lecteur de disquettes MD-100

  • les modes NAME et KILL, permettant de gérer les fichiers en mémoire

  • les modes SAVE et LOAD, permettant l'accès direct à des fichiers sur cassette, disquette ou liaison série RS-232C

  • le mode ASMBL, permettant de transformer un fichier-source (langage d'assemblage) en fichier-objet (langage-machine) exécutable : un assembleur résident d'origine, c'est l'un des (très) rares ordinateurs à en disposer !

  • le mode LLIST, permettant les listing sur imprimante

  • le mode C.BOOT pour une exécution automatique d'un programme en fonction de l'heure (même ordinateur éteint !)

  • le mode PRESET, pour définir jusqu'à quatre programmes directement accessibles dans le menu tactile

Rajoutez-y une horloge (qui ne connaît pas le bug de l'an 2000), la possibilité de définir un programme démarrant dès l'allumage du PB-1000, la réservation de zones-mémoire protégées pour du langage-machine et un moniteur intégré pour fouiller dans la mémoire, et il vous reste des jours et des jours pour en faire vraiment le tour !

Bref un ordinateur très, mais alors très complet, dont les principales fonctions accessibles soit par le menu tactile, soit par les touches de fonction et le clavier (accès direct aux fonctions et ordres Basic) en font une machine aussi conviviale qu'agréable. Même le contraste de l'écran est réglable par touches !

Une réussite, à laquelle on vient à regretter une mémoire somme toute assez courte. Mais il y a (largement) de quoi se consoler avec ses périphériques : accrochez-vous, ce n'est pas fini !

 

casio pb1000 fa7

 

Périphériques dédiés

Là aussi, Casio nous a gâté, faisant du PB-1000 un véritable système informatique complet :

  • RP-32 : l'indispensable extension-mémoire (voir ci-dessus)

  • FA-7 : berceau recevant le PB-1000 déplié, incluant une interface-cassette, mais aussi une interface série RS-232C et une parallèle (pour imprimante type Centronics)

  • MD-100 : berceau recevant le PB-1000 déplié, incluant un lecteur de disquettes 3.5" d'une capacité de 320Ko, mais aussi une interface série RS-232C et une parallèle (pour imprimante type Centronics) ; à noter l'intelligent choix du format de disquettes (celui des IBM PC et Apple Macintosh) qui seront fabriquées jusqu'en 2009 : nous sommes loin des exotiques, rares et très chères disquettes 2.5" (Sharp) ou Quick Disk 2.8" (Texas Instruments).

  • FP-100 : pour utiliser au mieux les ports parallèle des FA-7 ou MD-100, voici un joli traceur de courbes 4 couleurs sur papier de largeur standard (210mm A4) avec une précision de tracé de 0.1mm et 256 tailles de caractères, normaux, gras, soulignés et/ou italiques !

  • FP-40 : à défaut de FP-100, cette imprimante matricielle thermique sur papier de 112mm de largeur (40 caractères, 80 en mode condensé) est connectable via le module SB-41 ; c'est aussi une interface-cassette.

La conception en berceau est très bonne, et l'idée d'y intégrer directement les interfaces série et parallèle l'est encore plus : pas d'achat supplémentaire, pas de boîtier et de fils qui traînent, c'est d'autant plus parfait qu'ils fonctionnent tous sur piles (sauf FP-100), donc être autonomes !

 

casio pb1000 pub system

 Quelques ruses

Les menus utilisant des périphériques (tels que DISK, SAVE ou LOAD) ne répondent que si le périphérique correspondant est connecté.

Contrairement à ce que leur dimensions et leur capacité laisseraient espérer, les disquettes du MD-100 ne sont pas directement lisibles par un IBM PC, leur formatage n'est pas le même.

 

Evolution

Pas d'évolution pour cette machine ni pour ses périphériques. Il faut dire qu'à part une mémoire plus importante, que lui manque t'il ?

 

casio pb1000gros plan

 

Le coin du collectionneur

Curieusement pour une machine de haut de gamme qui n'était pas donnée à l'époque, l'on trouve encore couramment en 2010 des PB-1000 assez peu chers (en tout cas bien loin des prix atteints par les Sharp PC-1600, par exemple). Attention à vérifier la présence de l'indispensable extension mémoire RP-32 (à ne pas confondre avec la RP-33 de même capacité, mais inadaptable sur le PB-1000). Si jamais vous en trouvez une séparément, veilllez bien à ce que ses trois vis spéciales soient avec : ce module doit impérativement être bien vissé pour que les contacts électriques se fassent correctement.

A part cela, peu de problèmes de fiabilité, même la nappe de connexion entre les deux parties de l'ordinateur et l'écran tactile se posent guère de problèmes.

Par contre, trouver ses périphériques FA-7, MD-100 et FP-100 relève de la mission impossible.

 

Caractéristiques techniques : Casio PB-1000 Personal Computer

Généreux donateur : Manuel Sanchez (mars 1995)

Microprocesseur : Casio HD61700
Système de calcul : priorité algébrique avec les quatre opérations, puissance, fonctions trigonométriques, inverses et hyperboliques (en degrés, radians ou grades), logarithme et exponentielle, racine carrée, puissance, signe, valeur absolue, partie entière sur 10 chiffres significatifs et exposant +/-99, conversions décimal/sexagésimal/hexadécimal, statistiques sur deux variables (1) ; horloge et calendrier intégrés
Langage de programmation : Basic Casio C-61, basé sur le standard japonais JIS BASIC C6207 (1)
Mémoire : 4096 octets d'origine, extensibles à 36864 (1)
Niveaux : 255 de boucles, sous-programmes uniquement limités par la mémoire disponible (1)

Afficheur : cristaux liquides de 192 x 32 points soit 4 lignes de 32 caractères (1), 16 zones tactiles)
Connecteurs : 1x36 contacts interne (extension mémoire), 1x30 contacts Casio (autres extensions)
Dimensions : 187x97x24mm plié, 187x176x24mm déplié (1)
Poids : 435 g. (1)
Alimentation : 3 piles type IEC LR06 DC 1.5V (1)
Autonomie : 55 heures de fonctionnement (1)
Accessoires d'origine : Owner's manual, Reference manual
Date de sortie en France : mars 1987 (première publication dans Nano-Ordinateurs n°1)

(1) Données constructeur

 

Caractéristiques techniques : Casio RP-32 Memory pack (32 K byte RAM)

Capacité : 32768 octets RAM

Connecteur : multicontacts souple Casio
Dimensions : 67x59x6mm
Poids : 18 g.

Date de sortie en France : mars 1987 (première publication dans Nano-Ordinateurs n°1)

 

Caractéristiques techniques : Casio FA-7

Interface : full duplex asynchrone au standard RS-232C de 75 à 9600 bps, 7 ou 8 bits, 1 ou 2 bits de stop, parité au choix ; parallèle au standard Centronics ; interface-cassette de 300 à 2400 bps (1)

Connecteurs : 1x30 contacts spécifique Casio, 1x DB25 (série), 1x Centronics (parallèle), 3 prises jack femelles (EAR et MIC 3.5mm, REM 2.5mm), prise pour adaptateur-secteur
Dimensions : 229x220x50mm
Poids : 942 g.
Alimentation : 6 piles type IEC LR06 1,5V DC ou adaptateur-secteur Casio AD-4175 (1) (DC 7V 800mA négatif au centre)
Autonomie : sur piles, 15 heures (interface série) ou 50 heures (interface-cassette) (1)

Accessoires d'origine : mode d'emploi

(1) : Données constructeur
Nota : la liaison avec un magnétophone se fait avec le câble (optionnel) Casio SB-52MT

 

Caractéristiques techniques : Casio MD-100 3.5 inch Floppy Disk Drive

Lecteur de disquettes : 3.5" simple face double densité de 320 Ko formatés, 80 pistes à 135 tpi (1)
Interface : full duplex asynchrone au standard RS-232C de 75 à 9600 bps, 7 ou 8 bits, 1 ou 2 bits de stop, parité au choix ; parallèle au standard Centronics (1)

Connecteurs : 1x30 contacts spécifique Casio, 1x DB25 (série), 1x Centronics (parallèle), prise pour adaptateur secteur
Dimensions : 342x229x50mm
Poids : 1900 g.
Alimentation : 6 piles type IEC LR06 DC 1.5V ou adaptateur-secteur Casio AD-4175 (1)  (DC 7V 800mA négatif au centre)
Autonomie : sur piles, 25 heures (interface parallèle) ou 10 heures (interface série) ou 1 heure (lecteur de disquettes) d'utilisation en continu (1)

Disquettes utilisées : type 3.5" SFDD 720 Ko

Accessoires d'origine : protecteur de tête du lecteur de disquette en carton, mode d'emploi
Date de sortie en France : mars 1987 (première publication dans Nano-Ordinateurs n°1)

(1) Données constructeur

 

Caractéristiques techniques : Casio FP-100 4 Color Plotter Printer

Impression : table traçante à barillet de 4 stylos (noir, bleu, vert, rouge) sur 192mm de largeur (précision de 0.2mm), 192 caractères (fonte Courier normale, soulignée, gras et/ou italique) en 256 tailles  jusqu'à 160 caractères par ligne, sens et orientation au choix (1)
Vitesse : 10 caractères par seconde maximum, ou 57mm par seconde de tracé (1)

Connecteurs : 1x Centronics (parallèle), prise pour adaptateur-secteur
Dimensions : 310x129x67mm repliée, 310x236x67 dépliée
Poids : 1600 g.
Alimentation : adaptateur-secteur Casio AD-4898 (1) (DC 9.8V 1200 mA négatif au centre)

Papier : normal, épaisseur 0.07mm +/-0.005mm en feuille de 100 à 216mm de largeur, ou en rouleau type Casio PRP216 (largeur 216mm diamètre 40mm) (1)
Stylos : type Casio BP-1 (noir, bleu, vert, rouge) ou Casio BP-2 (4 noirs) 23.3mm de longueur par 5mm de diamètre, autonomie : 250m de tracé par stylo (1)

Accessoires d'origine : carter et axe pour papier en rouleau, un rouleau de papier, 4 stylos couleurs, manuel, adaptateur-secteur AD-4898

(1) : Données constructeur
Nota : la liaison entre FA-7 ou MD-100 et FP-100 se fait par le câble Casio SB-51

 

Caractéristiques techniques : Casio FP-40 Personal printer

Impression : matricielle thermique, 40 caractères 5x7 par ligne en mode normal ; autres modes disponibles : condensé (80 caractères), double largeur, accentué, graphique point par point ; 8 jeux de caractères nationaux
Vitesse : 0.65 ligne/sec. (1)

Connecteurs : 40 broches Casio pour module de connexion, 3 prises jack femelles (EAR et MIC 3.5mm, REM 2.5mm), prise pour chargeur
Dimensions : 210x145x42.5mm (1)
Poids : 609 g. (1)
Alimentation : accumulateurs Nickel-Cadmium (1) (4 unités type IEC RC06 internes)
Chargeur : Casio CHA-2 (1)
Autonomie : approx. 2500 lignes après recharge de 15 heures (1)

Papier : thermique en rouleau (112,5mm de largeur,  30mm de diamètre) type Casio TRP-112

Accessoires d'origine : mode d'emploi (62 pages en français), chargeur CHA-2, rouleau de papier

(1) : Données constructeur
Nota : cette imprimante ne peut être utilisée avec le PB-1000 qu'avec un module de raccordement SB-43.

 

Référence : les revues de l'époque

  • Publicité : Nano-Ordinateurs n°1 page 0 (mars 1987)

  • Essai : Nano-Ordinateurs n°1 page 2 (mars 1987)

 

 casio pb1000 pub

Go to Top