ico sharp pc1270Vers 1986, les ordinateurs de poche permettaient à faible prix d'avoir accès à une certaine capacité de calcul programmé, et diverses entreprises s'en sont vite servis pour offrir à leurs clients une "solution toute prête", sous la forme d'un ordinateur avec un programme d'applications déjà en mémoire. Hélas, ces mêmes clients étant souvent de purs novices informatiques, il pouvait être dangereux de leur laisser un ordinateur doté de toutes ses capacités de reprogrammation, et Sharp l'a bien compris.

sharp logo

 Après le PC-1253 (sur base de PC-1251), est donc apparu  le PC-1270, version simplifiée du PC-1246, uniquement capable d'exécuter un programme créé et chargé d'après un autre Sharp. Pour un public peu famililarisé avec l'informatique et désirant simplement un outil capable d'exécuter une tâche précise, c'était le produit idéal. Et il fera le régal de quantité d'entreprises, aussi bien pour des calculs de crédits, de devis, d'assurance, de produits financiers, etc... à une époque où vendeurs et représentants n'avaient que très rarement l'accès à un "vrai" ordinateur.

 

La machine

Au petit format inauguré par le PC-1251, le PC-1270 est directement inspiré des PC-1246 et 1247 : de véritables machines de poche, avec l'avantage de toujours pouvoir les avoir sur soi, un afficheur monoligne de 16 caractères et un couvercle coulissant en guise d'étui.

Mais c'est au niveau du clavier que se sent la différence : des touches numériques, d'opérations et de mémoire comme une calculatrice 4 opérations (ce qu'il fait d'ailleurs très bien), 8 touches de fonctions (autour desquels on pouvait glisser un overlay indiquant leur fonctions programmées), deux touches YES et NO et une touche ENTER (utile pour la saisie de chiffres durant l'exécution d'un programme). Et c'est tout, puisque cet ordinateur se peut pas être programmé lui-même... ce qui est le but de la manoeuvre : empêcher le client de "bricoler" le logiciel (ou de le copier !).

Autre particularités : la présence d'un logement pour cartes-mémoire au dos (type demi-format Sharp), permettant de changer directement de programme en changeant de carte, et deux poussoirs au fond d'un trou, marqués IN et OUT, servant au chargement d'un programme via la prise d'interface 11 broches.

C'est peu, mais largement suffisant pour ce qui n'est après tout qu'un outil de calcul spécialisé.

 

Utilisation directe

Hors programme, il n'y a qu'une calculatrice 4 opérations, racine carrée avec mémoire (effacement, cumul, rappel). C'est simple, mais toujours pratique d'avoir cela sous la main. Le reste de son utilisation dépendait du programme fourni par l'entreprise prestataire : les huit touches de fonction servaient alors à appeler autant de programmes ou de parties de programme, le clavier numérique permettait de saisir des nombres et l'on tapait sur ENTER pour valider la saisie, et s'il y avait une question à répondre par oui ou non, eh bien il suffisait d'appuyer sur YES ou NO.

Un usage (très) simplifié pour des personnes n'y connaissant rien en informatique, et très bien conçu en ce sens.

 

sharp pc1270 chrysler
Version rebadgée "Chrysler" avec overlays clavier personnalisés

Programmation

Cet ordinateur ne pouvait pas être programmé par lui-même. Alors, comment y introduire un programme ? Par deux méthodes, suivant les moyens du programmeur :

  • Soit on était une grosse Société de Services en Ingénierie Informatique, et l'on avait les moyens techniques de programmer une EPROM (souvent en technologie FLASH qui venait d'apparaître), et il suffisait ensuite d'enficher la carte au dos du PC-1270 pour que le programme soit immédiatement (et durablement) disponible.
  • Soit on était une petite SSII, et alors on glissait une carte-mémoire Sharp au dos du PC-1270, puis on le raccordait à une interface-cassette CE-123P, 124, 125 ou 126P. Ensuite, l'appui au fond du trou marqué IN provoquait un CLOAD et chargeait le programme enregistré sur cassette par un autre ordinateur. Variante :  on raccordait l'autre ordinateur au PC-1270 via un câble EA-129C, et CSAVE d'un côté, appui sur IN (équivalent CLOAD) de l'autre et le programme était transféré. A noter que le trajet inverse était possible grâce à l'appui au fond du trou marqué  OUT. Cette deuxième méthode permettait une réalisation par une petite entreprise, avec pour seul investissement l'autre ordinateur en question (qui pouvait être un PC-1245, 1250, 1250A, 1251, 1246, 1247 ou 1248) et un câble ou une interface-cassette.

Pour les amateurs de complications qui voudraient reprogrammer leur PC-1270, il est possible d'utiliser la deuxième solution actuellement, à condition d'avoir une carte CE-210M, -211M, -212M ou 2H16M au dos du PC-1270. Sa programmation est la même que celle d'un PC-1251 (sauf PEEK, POKE et CALL), avec les particularités suivantes :

  • l'afficheur n'a que 16 caractères et il n'y a pas de BEEP
  • les huit touches de fonction fonctionnent en réalité comme DEF A, DEF B, DEF C...jusqu'à DEF H, ce qui leur permet de lancer un programme à partir de la ligne étiquetée "A", "B", "C", etc..;
  • lors d'un INPUT numérique, le clavier numérique répond comme habituellement, et la validation se fait par la touche ENTER ;
  • les touches YES et NO se détectent soit par un INPUT (renvoyant "Y" ou "N"), soit par un INKEY$ (auquel cas elles renvoient "O" ou "N" ;-)
  • pour stopper l'exécution d'un programme, la touche d'effacement CA agit comme une touche BRK ;
  • enfin, une particularité bien pratique sur la syntaxe de l'ordre INPUT lorsque l'on veut saisir une suite de données en indiquant leur numéro d'ordre dans le message affiché : A$="3": INPUT "NUMERO ;A$; = ? ";B affiche "NUMERO 3 = ? " et entre la valeur saisie dans la variable B.

 

Périphériques dédiés

Pour fonctionner, cet ordinateur devait avoir dans son logement dorsal une carte-mémoire demi-format de type Sharp CE-210M, CE-211M, CE-212M ou CE-2H16M (2, 4, 8 ou 16 Ko) ou compatible (de nombreux fournisseurs ont fabriqué des cartes à base de mémoire FLASH, avec souvent des capacités supérieures.

Dotés du connecteur Sharp 11 broches, le PC-1270 est également connectable aux CE-123P, 124, 125, 126P  :

  • La CE-124 (sortie avec le PC-1401) est une toute petite interface-cassette très peu chère. Tellement simple qu'elle ne requiert pas de piles et n'a donc pas de fonction de télécommande, elle remplit parfaitement son rôle : sauvegarder et recharger des programmes, et se trouve particulièrement adaptée à ce genre de machines économiques.
  • La CE-125 (sortie avec le PC-1251) est l'idéal : un combiné imprimante thermique (lignes de 24 caractères) et magnétophone à microcassettes intégré formant berceau intégrant l'ordinateur, c'est le tout-en-un de Sharp dans un format A5 ! Parfaitement pratique, elle n'a qu'un défaut : son prix !
  • La CE-126P (sortie avec le PC-1401) est le compromis : d'un prix encore en rapport avec ce genre de machines, c'est une imprimante thermique (identique à la CE-125), mais dotée seulement d'une interface-cassette (pas de magnétophone intégré). C'est la bonne à tout faire de Sharp, car elle est connectable à toute la gamme Sharp (sauf PC-1211, 1500 et 1600).
  • Enfin, la CE-123P, un peu plus chère que la précédente, apporte les mêmes fonctions mais est construite en berceau accueillant l'ordinateur, ce qui est malgré tout plus pratique et esthétique, d'autant qu'elle est de dimensions similaires à une CE-125, donc petite. Elle a été conçue préférentiellement pour la série PC-1246, 1247, 1270...


Quelques ruses

Le PC-1270 n'ayant aucune mémoire interne, il ne peut absolument pas fonctionner sans carte-mémoire (même pas en tant que calculatrice).

Si une carte-mémoire autre que Sharp CE-210M, -211M, -212M ou -2H16M est enfichée et qu'il ne fonctionne pas, ce n'est pas forcément qu'il est en panne : cela peut fort bien être la carte. En effet, les cartes-mémoire des fournisseurs tiers étaient fréquemment réalisées en technologie FLASH, et la première génération de ces mémoires avaient un nombre de cycles d'utilisation avant panne faible, d'environ 100000 utilisations. En l'absence de mémoire interne, la mémoire Flash était très sollicitée, et peut fort bien avoir dépassé sa limite d'usure. De même, ce modèle semble avoir fréquemment des difficultés à redémarrer après un changement de piles : ne pas hésiter à faire ALL RESET avec la touche CA enfoncée plusieurs fois.

A titre documentaire, à l'état "vierge" (c'est-à-dire avec une carte-mémoire Sharp vide), la partie calculatrice doit fonctionner parfaitement, et les huit touches d'appel de programme doivent répondre ERROR 4 (erreur de numéro de ligne, logique s'il n'y a aucun programme en mémoire).

 

Evolution

Les premiers ordinateurs spécialisés de Sharp ont été le PC-1252 et ses dérivés 1252H, 1253 et 1253H (sur base de PC-1251). Son successeur PC-1270 (sur base PC-1246-1247) connaîtra un tel succès que d'autres produits ultérieurs seront dérivés en version simplifiée : PC-1365 (sur base PC-1360) et PC-1605 (sur base PC-1600), mais il n'est pas attesté que ces deux derniers aient été vendus en Europe.


Le coin du collectionneur

Le PC-1270 est une curiosité : ce n'est pas une machine rare, et pourtant elle est généralement chère, très chère même pour une machine non programmable par elle-même. La raison en est simple : il y a encore tellement de gens qui s'en servent professionnellement actuellement qu'elle est recherchée comme remplacement ou comme machine "de réserve" !

Côté fiabilité, rien de particulier pour le PC-1270. Par contre, ses cartes EPROM Flash (voir "Quelques ruses") sont fréquemment mortes. Et comme un PC-1270 ne fonctionne que s'il a une carte-mémoire opérationnelle (même en fonction "calculatrice"), on le croit fréquemment en panne...

 

Caractéristiques techniques :  Sharp PC-1270 Pocket Computer

Généreux donateur : Sylvain de Chantal (juin 2001)

Microprocesseur : Sharp ESR-L 4 bits SC61720D16
Système de calcul : mode direct : priorité algébrique avec les quatre opérations et racine carrée. Mode programmé : idem plus puissance, fonctions trigonométriques et leurs inverses (en degrés, radians ou grades), logarithme et exponentielle, racine carrée, puissance, signe, valeur absolue, partie entière sur 12 chiffres significatifs (10 affichés) et exposant +/-99
Langage de programmation : Basic Sharp, le programme devant être généré à partir d'un autre ordinateur Sharp (PC-1245, 1250, 1250A, 1251, 1246, 1247 ou 1248)

Mémoire : dépend de la carte-mémoire enfichée (aucune mémoire interne)

Afficheur : cristaux liquides 16 caractères en matrices 5x7 + 10 indicateurs
Connecteurs : 11 broches Sharp, logement pour carte demi-format (type CE-210M, -211M, -212M ou -2H16M)
Dimensions : 135x70x10mm
Poids : 95 g.
Alimentation : 2 piles type IEC CR-2032

Accessoires d'origine : manuel, couvercle coulissant de protection, overlay de clavier

 

Caractéristiques techniques : Sharp CE-210M, CE-211M, CE-212M, CE-2H16M

Type : carte-mémoire demi-format
Capacité : respectivement 2, 4, 8, 16 Ko de RAM sauvegardée par pile intégrée

Dimensions : 42x54x3mm
Poids : 15 g.
Alimentation : 1 pile type IEC CR-1616 3V

 

Caractéristiques techniques : Sharp CE-123P Printer and cassette interface

Impression : matricielle 5x7 sur papier thermique, 24 caractères par ligne (1), non graphique
Vitesse d'impression : 0.8 ligne/sec. (1)

Connecteurs : 1x 11 broches spécifique Sharp, 3x jack monophoniques femelles (3.5mm EAR noir et MIC rouge, 2.5mm REM), alimentation extérieure
Dimensions : 198x156x34mm (1)
Poids : 385 g. (1)
Alimentation: 4 piles IEC LR06 1.5V ou adaptateur-secteur Sharp EA-23E (DC 8,5V 350mA négatif au centre) (1)
Autonomie : sur piles, environ 3000 lignes (1)

Papier : thermique en rouleau (57mm de largeur par 18mm de diamètre) type Sharp EA-1250P
Accessoires d'origine : piles, manuel, câble triple de raccordement à un magnétophone extérieur (1) (et pas d'étui ni de malette d'origine, économie oblige...)

(1) : Données constructeur
Nota : compatible avec les PC-1140 à 1270 (sauf 1210, 1211, 1212)

 

Caractéristiques techniques : Sharp CE-124 Cassette interface

Connecteurs : 1x 11 broches Sharp intégré, 2x jack (3.5mm noir EAR et rouge MIC) sur cordon non détachable

Dimensions : 70x35x12mm (1)
Poids : 35 g. (1)
Alimentation : par l'ordinateur

Accessoires d'origine : mode d'emploi (feuille en quatre langues dont le français)
Date de sortie en France : novembre 1983 (première publication dans l'Ordinateur de Poche n°18)
Prix public : 169 francs (mars 1984)

(1) : Données constructeur
Nota : compatible avec les Sharp PC-1100 à 1475 (sauf 1210, 1211, 1212)

 

Caractéristiques techniques : Sharp CE-125 Printer and microcassette recorder

Impression : matricielle 5x7 sur papier thermique, 24 caractères par ligne (1), non graphique
Vitesse d'impression : 0.8 ligne/sec.
Magnétocassette : intégré, télécommandable, avec compteur mécanique et arrêt automatique, mono 2 pistes 2.4 cm/sec.

Connecteurs : 1x 11 broches Sharp, 1x jack femelle monophonique (3.5mm EAR), adaptateur secteur
Dimensions : 205x149x23mm (1)
Poids : 550 g.(1)
Alimentation: accumulateurs Nickel-Cadmium intégrés (bloc de 4 unités type KR06 1.2V en série)
Chargeur : Sharp EA-23E (8.5V DC 350 mA négatif au centre), temps de recharge : 15 heures (1)
Autonomie : 4 heures (magnétophone) ou environ 2000 lignes (imprimante) (1)

Papier : thermique en rouleau (largeur 57mm par 18mm de diamètre) type Sharp EA-1250P
Cassettes : microcassette type Sony MC

Accessoires d'origine : malette, mode d'emploi (en cinq langues dont 43 pages en français), adaptateur-secteur, trois rouleaux de papier, câble de raccordement à un magnétophone extérieur (en entrée uniquement), microcassette de 13 programmes (conçus pour le PC-1250 et PC-1251), coton-tige (nettoyage des têtes magnétiques)
Date de sortie en France : novembre 1982 (première publication dans l'Ordinateur de Poche n°9)
Prix public : 1590 francs (mars 1984)

(1) : Données constructeur
Nota : compatible avec les PC-1150 à 1270 (sauf 1210, 1211, 1212)
Nota : l'entrée pour magnétophone extérieur est exclusivement conçue pour relire des cassettes enregistrées à partir d'un PC-1211, qui sont compatibles après transcodage automatique par la CE-125.

 

Sharp CE-126P Printer and cassette interface

Impression : matricielle 5x7 sur papier thermique, 24 caractères par ligne (1), non graphique
Vitesse d'impression : 0.8 ligne/sec. (1)

Connecteurs : 1x 11 broches Sharp, 3x jack femelles monophoniques (3.5mm EAR noir et MIC rouge, 2.5mm REM), alimentation extérieure
Dimensions : 140x116x23mm (1)
Poids : 280 g. (1)
Alimentation: 4 piles IEC LR06 1.5V ou adaptateur-secteur Sharp EA-23E (8.5V DC 350 mA négatif au centre) (1)
Autonomie : sur piles, environ 2000 lignes (1)

Papier : thermique en rouleau (largeur 57mm par 18mm de diamètre) type Sharp EA-1250P (1)

Accessoires d'origine : étui souple, mode d'emploi (en 5 langues dont 30 pages en français), câble triple de raccordement à un magnétophone, piles, 3 rouleaux de papier (1)
Date de sortie en France : novembre 1983 (première publication dans l'Ordinateur de Poche n°18)
Prix public : 790 francs (mars 1984)

(1) : Données constructeur
Nota : compatible avec les Sharp PC-1100 à 1475 (sauf 1210, 1211, 1212)

 

Référence : les revues de l'époque

Rien dans la presse "grand public" : ces machines étaient exclusivement destinés à une clientèle de professionnels, prestataires de service revendant ensuite l'ensemble machine et logiciel.

 

Go to Top