ico ti57lcdLancée en 1982, la TI-57 LCD est une évolution de la légendaire TI Programmable 57 à diodes de 1977, qui a permis à toute une génération de s'initier à la programmation. Bien modernisée quant à l'emballage, elle se révèle moins performante que l'original, notamment en matière de mémoire. Ce qui est un comble quand on voit l'évolution des composants de RAM pendant ces cinq années !

 

 

tilogo

 

 La machine

C'est une assez jolie machine reprenant le boitier de la TI-55-II avec ses qualités (écran à cristaux liquides incliné vers l'utilisateur affichant huit chiffres plus exposant éventuel, une sérigraphie bien étudiée bien que bleuâtre à souhait) et son gros défaut : un clavier à la répartion des fonctions un peu étrange (touche R/S et LRN en particulier), qui rebondit ou ne prend pas en compte la pression des touches... Un tel problème obligera Texas Instruments à corriger sa copie avec la TI-57 II, fonctionnellement identique, mais dont le boîtier aux couleurs plus (trop ?) sobres cache un nouveau modèle de clavier, nettement plus acceptable.

Au dos, une trappe à piles et c'est tout : logique pour une machine dont les performances limitées ne nécessitent guère d'extensions... Livrée dans un étui rigide en plastique protégeant bien la machine des inévitables chocs qu'elle recevra dans un sac de collégien ou de lycéen (puisque telle est sa destination logique : la clientèle scolaire), mais dont les "charnières" de plastique plié résistent moins bien...

 

Utilisation directe

On a là une honnête machine, puisqu'il s'agit des mêmes fonctions que son modèle TI-57 à diodes : mathématiques en A.O.S. (par ordre de priorité des expressions algébriques), trigonométrie, conversions degrés décimaux en sexagésimaux et inverses, conversions polaires en rectangulaires et inverses, les fonctions de toute calculatrice scientifique de l'époque, quoi. Seules différences avec la TI-57 d'origine : une factorielle en plus, les fonctions statistiques en moins. Suffisant, mais sans plus, la vocation de cette machine n'est pas d'être un foudre de guerre en calcul direct, c'est d'être une initiation à la programmation.

 

ti57lcd
TI-57 LCD made in Italy

 

Programmation

Et c'est là que ça pèche : en 1977, proposer une machine dotée de 50 pas de programme et de 8 mémoires avec des capacités de programmation en Langage Machine Spécialisé correcte (Pause, GTO, LBL, SBR et INV SBR, Dsz et quatre tests x=t, x≥t et leurs inverses par INV) pour un faible prix était suffisamment intéressant pour assurer le succès de la TI-57 à diodes (voir la fiche consacrée à cette machine pour plus de détails).

Mais proposer les mêmes fonctions avec moins de pas de programme (48 et 1 mémoire, négociables par 2nd Part jusqu'à  7 mémoires et 0 pas de programme) en 1982, à l'heure où apparaissaient les machines alphanumériques programmables en Basic, cela devenait léger... (rappelon qu'une machine de base Basic comme le PB-100 ne coûtait à la même époque que 750 francs).

Tout cela pour dire que cette machine n'est qu'une resaucée de TI-57 en moins bien, et seul son prix de 250 francs lui offrira une carrière honnête par manque de concurrence : à son époque, il n'existait pas de machine comparable aussi peu chère. Et il en existait peu dotées d'un aussi mauvais clavier non plus...

 

ti57lcd-2
TI-57 LCD made in USA

 

Périphériques dédiés

Aucun, ce serait vraiment inutile.

 

Quelques ruses

Pour les habitués de la programmation sur TI-57 ancienne, voici les principaux changements ;

  • pas la peine de rechercher des économies de pas de programme en profitant du fait que les mémoires statistiques étaient confondues avec les mémoires générales comme sur la TI-57 d'origine, puisqu'il n'y a plus de statistiques...
  • le registre de test t, qui n'est plus confondu avec la mémoire 7 comme sur l'ancienne
  • les fonctions SUM ou Prd n'ont pas disparu, elles ont été remplacées par STO + ou STO x.
  • ne cherchez pas de fonction Ins, l'insertion d'un pas est devenue automatique (comme elle aurait toujours dû l'être) ; par contre, la possibilité en mode calcul de la TI-57 à diodes d'aller directement sur un pas précis par GTO 2nd nn a disparu, de même que la possibilité de faire SBR n : il faut faire maintenant GTO n R/S pour faire démarrer un programme à partir de l'étiquette LBL n
  • Evidement, en raison de la mémoire plus restreinte, la majeure partie des programmes pour TI-57 à diodes ne rentrent plus dans la TI-57 LCD : on se demande vraiment où est le progrès ?

 

Evolution

Il existe en fait deux schémas de couleurs pour la TI-57 LCD : le bien connu en France dégradé de bleu pour celles produites en Italie et un ensemble bleu/gris pour celles produites aux USA (avec mention supplémentaire en bas du clavier "Constant memory"). Cette modification cosmétique ne change rien à son détestable clavier.

Alors TI se résoudra finalement à résoudre le problème par la sortie d'un nouveau modèle en 1985 : la TI-57 II, mais héritant du même nouveau clavier que la TI-55 III. Elle aura aussi une livrée plus sobre, mais sinon est identique matériellement et fonctionnellement. Elle sera produite à Taiwan puis en Italie, où elle perdra la mention "Constant memory" (mais heureusement pas la fonction) et héritera d'un nouveau circuit imprimé souple et non rigide.

 

Le coin du collectionneur

Les TI-57 LCD ne sont pas rares, notamment en raison de leur faible prix à l'époque. Mais leurs problèmes de clavier en font des machines peu recommandables, autant se tourner vers une ancienne TI-57 à diodes et sa formidable programmathèque.

 

Caractéristiques techniques : Texas Instruments TI-57 LCD

Première acquisition : août 1998

Microprocesseur : TP0456 en deux CI : CD4551 (master) et CD4555 (slave)

Système de calcul : priorité algébrique avec les quatre opérations, puissance, fonctions trigonométriques, inverses et hyperboliques (en degrés, radians ou grades), conversion polaire en rectangulaire et inverse, conversions décimal en sexagésimal et inverse, logarithme et exponentielle, racine carrée, puissance, signe, valeur absolue, partie entière sur 13 chiffres significatifs (10 affichés) et exposant +/-99

Langage de programmation : Langage Machine Spécialisé Texas Instruments
Mémoire : constante, partitionnable de 1 mémoire et 48 pas de programme à 7 mémoires et 0 pas de programme (plus le registre de test t séparé)

Afficheur : cristaux liquides sept segments pour huit chiffres de mantisse et deux pour l'exposant, six indicateurs
Dimensions : 147x79x23mm
Poids : 106 g.
Alimentation : 2 type IEC LR44 DC 1,5V
Autonomie : 750 heures

Accessoires d'origine : étui, manuel d'utilisation
Date de sortie en France : mai 1982 (première publication dans l'Ordinateur de Poche n°6)
Prix public : 250 francs

 

Référence : les revues de l'époque

  • Coup d'oeil dans L'Ordinateur de Poche n°6 page 29 (mai-juin 1982) et son erratum dans L'Ordinateur de Poche n°7 page 10 (juillet-août 1982)
  • Essai dans L'Ordinateur de Poche n°11 page 34

 

Go to Top