ico hhcConçu par la société franco-américaine Friends-Amis en même temps que le premier pocket Basic connu (le Sharp PC-1211), le Panasonic HHC est en fait sorti après son rachat par Matsushita sous ses marques commerciales Panasonic et Quasar. Cette discrète machine n'a jamais vraiment révélé son potentiel, car elle a été conçue dès l'origine comme une machine à usages dédiés : à utiliser pour faire tourner un ou plusieurs programmes fournis en même temps que la machine par leur vendeur.

 

logo panasonic

 

Aux Etats-Unis, il a trouvé son public de professionnels, notamment chez les banquiers, assureurs et démarcheurs en produits financiers, qui l'achetaient en package avec une configuration donnée et un programme d'applications en modules EPROM pour un usage déterminé : beaucoup de calculs de plan d'épargne, de placements, de retraites et autres assurances-vie, mais aussi, avec l'interface idoine, pour recalibrer des radios numériques (les premiers scanners radio de l'époque) et quantité d'autes usages du même genre. Et pourtant il est resté assez méconnu, malgré ses qualités...

Car la véritable grandeur de cet ordinateur, outre son microprocesseur Mostek 6502 (celui des Apple II et autres Commodore !) et ses trois connecteurs de modules ROM (pour quantité de logiciels existants), ce sont ses périphériques : prise multiple de bus (I/O Adaptor) permettant la connexion de six périphériques au choix, interface RS-232C, imprimantes thermiques largeur 35mm ou 80mm avec ou sans interface cassette, imprimante 4 couleurs largeur 114mm, interface vidéo couleur graphique, modems 300 bauds pour combiné téléphonique ou pour branchement direct, Programmable Memory Peripherals (mémoire secondaire sur batteries en trois tailles : 4, 8 ou 16 Ko), programmateur d'EPROM...

C'est pas Byzance, comme possibilités d'extension, ça ? Ca ridiculise tous les autres (même les Sharp PC-1600 ou autres Canon X-07 bien ultérieurs), sans parler de ses quatre langages de programmation (MBasic Microsoft, SnapBasic, SnapForth et SNAP Panasonic) ni de ses nombreux logiciels disponibles en EPROM...Et pourtant, aucun succès commercial en dehors de certains marchés professionnels...Il faut dire que son prix était en rapport avec ses possibilités : 500 dollars aux U.S.A. mais 4470 francs à son arrivée en France !

 

La machine

Matériellement, le HHC est un assez gros boîtier de plastique solide (épaisseur moyenne : 2 mm !) peint couleur aluminium, avec un clavier QWERTY assez classique, si ce n'est ses touches, un peu trop petites. Malgré cela, il reste confortable et son afficheur monoligne de 26,5 caractères (matrice 159x8) est un régal, d'autant qu'il connaît le défilement automatique, l'inverse vidéo et l'affichage clignotant... Comme c'est un Hand Held Computer, une attache permet d'y fixer une dragonne et donc de le promener au poignet (d'autant plus qu'il dispose d'une horloge intégrée)...mais pas longtemps, car l'engin est bien lourd, d'autant qu'il est alimenté par accumulateurs rechargeables. Au dos, trois logements pour des modules ROM et EPROM sur support spécifique (appelées "Capsules" par Panasonic) attendent langages ou programmes d'application. Reste la prise de rechargement côté droit et l'entrée au royaume de Byzance côté droit : la prise de bus 44 broches, qui est en fait l'extrémité du circuit imprimé principal, une conception bien fragile pour un ordinateur conçu pour être fréquemment connecté et déconnecté...

Il était livré avec un adaptateur-secteur pour son rechargement, et un étui souple permettant de le recharger sans le sortir de l'étui (c'est bien un des rares constructeurs à y avoir pensé) !

 

hhc

 

Utilisation directe

Il y a quatre façons d'utiliser cet appareil, dépendant de l'usage voulu :

  • les fonctions de base, livrées d'origine, et organisés en menus successifs très pratiques : calculatrice 4 opérations (bof), horloge avec gestion d'alarmes multiples (un véritable petit agenda, en fait), gestion des fichiers en mémoire (destruction, sélection, etc...), éditeur de fichiers textes et...c'est tout !
  • les fonctions préprogrammées dans des modules EPROM conçus par Panasonic ou programmés par des sociétés tierces. Là, tout est possible (même des générateurs de programmes !), cela dépend des programmes vendus par le fournisseur... Panasonic a ainsi commercialisé Portacalc (tableur), Portagraph (grapheur), Portalog (inventaire), Portastat (statistiques), Scientific calculator (transformant le HHC en calculatrice scientifique RPN), etc... Et des dizaines d'autres sociétés ont fabriqué les leurs, contenant des applications très variées (marché OEM)
  • les fonctions amenées par certains de ses périphériques (qui rajoutent des menus successifs supplémentaires) : par exemple, l'interface RS-232C et le modem amènent leur propre EPROM contenant un programme de communication, l'imprimante MiniPrinter amène une fonction "Typewriter" fort pratique pour imprimer directement quelques lignes, etc...
  • et enfin, l'accès aux langages : Basic (Microsoft standard ou Panasonic plus évolué), Forth et SNAP (une création Panasonic, ressemblant assez à Forth en fait) via le module ROM idoine. Si vous l'avez, programmez. Si vous ne l'avez pas, il ne reste pas grand-chose...

A remarquer sept touches de fonctions programmables (3 directement, 4 avec une ROM langage) et quelques bizarreries : il y a une touche SHIFT pour les majuscules, et une touche 2nd SFT (second shift) pour les caractères divers (genre +-/=() etc...). De même, l'insertion comme la suppression ne sont pas directes : il faut user d'une touche de déplacement pour obtenir quelquechose, à moins de les bloquer par LOCK (auquel cas il deviennent répétitifs tant que l'on reste sur une touche de déplacement du curseur) mais ce n'est pas très instinctif, au début !

Le tout avec une mémoire qui reste le point faible de la plupart des HHC : les RL-H1000 (2 Ko extensible en interne à 4 Ko) et 1400 (4Ko) ne permettent guère que d'exécuter des programmes en EPROM, seul le rare RL-H1800 (8 Ko) permet de programmer confortablement.

 

Programmation

Le MBasic de Microsoft est un Basic interprété complet mais restreint : tous les ordres classiques y sont : READ.. DATA, FOR..TO..NEXT, PEEK, POKE et CALL ouvrent l'accès au langage-machine (le microprocesseur est un 6502, après tout !), mais en même temps PAS de fonctions mathématiques évoluées : même pas la moindre fonction trigonométrique...

Le SnapBasic de Panasonic est autrement plus intéressant : outre les fonctions mathématiques (sur 12 chiffres significatifs et un exposant allant jusqu'à 1E1024, rien que ça !), il est plus rapide, fortement orienté "gestion de fichiers" et surtout, outre son utilisation en interpréteur, c'est un compilateur en SNAP (ce qui permet de générer des fichiers pouvant être programmés en EPROM et utilisés seuls ensuite).

Le SnapForth de Panasonic supporte les mêmes fonctions que le SnapBasic : interpréteur, compilateur SNAP...mais c'est du Forth, un langage aussi peu lisible qu'efficace et rapide (assez comparable au Langage Machine Spécialisé en Notation Polonaise Inversée des Hewlett-Packard dans ses principes, en fait).

Quant au SNAP proprement dit, le HHC sait l'exécuter nativement, mais il faut passer par l'un des deux langages précédents pour programmer et compiler en SNAP. A noter que si l'usage préférentiel d'un programme en SNAP est d'être logé à demeure dans une EPROM, il ets possible de transférer un fichier SNAP d'un HHC à l'autre via un Programmable Memory Peripheral...

Et si cela ne suffit pas encore, Panasonic a commercialisé aux U.S.A. le System Development Tools (HHC /SDT), ensemble de programmes pour Apple II contenant un langage de programmation Forth, un compilateur SNAP et un émulateur (HHC simulator) permettant de tester les programmes écrits pour le HHC sur l'Apple II, le tout sortant sur programmateur d'EPROM ou directement sur le HHC via son interface RS-232C, ainsi que de se servir de l'Apple II comme terminal "grand écran, grand clavier" du HHC...

 

hhc avec prt

 

Périphériques dédiés

Ils sont nombreux, tellement que la liste ci-dessous ne reprend que les plus courants :

  • I/O Adapter RL-P6001 : le HHC ne dispose que d'un connecteur de bus, ne permettant la connexion que d'un seul périphérique car il était prévu pour être utilisé avec une prise multiple, l'I/O Adapter, donnant cinq connexions directes et une sixième par câble. Mais n'importe quel périphérique peut être connecté directement au HHC sans passer par son intermédiaire
  • Color plotter RL-P1002 : c'est un traceur de courbe 4 couleurs par barillet de pointes traçantes, sur papier de 114mm de large, permettant graphismes et impression en 16 tailles jusqu'à 80 caractères par ligne
  • Micro-printer RL-P1003 : imprimante thermique de 15 caractères par ligne
  • Mini-printer RL-P1004 et 1004A : imprimante thermique de 40 caractères par ligne, jeu de caractères identique au HHC, connectable directement ou via I/O Adapter. A noter qu'elle existe en deux versions, avec (A) ou sans interface-cassette intégrée (reconnaissable aux deux embases Jack sur le dessus)
  • TV Adaptor RL-P2001 : interface vidéo (signal antenne au standard NTSC ou moniteur), elle produit une image de 16 lignes de 32 caractères avec une mémoire de deux pages et quatre modes graphiques allant jusqu'à 64x128 pixels, le tout en huit couleurs ! Il faudra attendre 1984 et le Canon X-07 pour qu'un autre pocket dispose d'une fonctionnalité comparable...C'est le seul périphérique a ne pas avoir de batteries intégrées (logique, car le moniteur vidéo ou le téléviseur associé non plus !)
  • RS-232C Interface RL-P3001 : interface au standard série jusqu'à 9600 bauds, elle amène son propre programme de communication sur EPROM
  • Modem RL-P4001 et 4003 : modèle utilisable avec un combiné téléphonique standard (de l'époque !) au débit de 300 bauds, il est livré avec son propre programme de communication (Telecomputing 1 ou 2) sur EPROM. A existé en deux versions, avec ou sans prises de connexions à un magnétophone (permettant par l'enregistrement d'un fichier transmis par Modem d'avoir une sauvegarde magnétique, mais d'une manière rustique par rapport à une vraie interface-cassette)
  • Eprom programmer RL-P8001 : en conjugaison avec les modules SnapBasic ou SnapForth, permet de programmer un module EPROM en SNAP pour son utilisation directe dans un autre HHC (sans besoin de SnapBasic ou SnapForth)
  • Programmable Memory Peripheral RL-P9001, 9002, 9003 (?) : unité de 4, 8 ou 16 Ko de RAM non-volatile sur batterie, son raccordement crée une seconde zone (extrinsic) de mémoire programmable interne au HHC, en plus de sa mémoire d'origine (intrinsic). Elle permet de s'en servir comme zone de stockage comme d'exécution de programmes (il suffit de désigner la zone de mémoire active, INTrinsic ou EXTrinsic), mais aussi de "passer" un programme d'un HHC à un autre.

Ces périphériques peuvent fonctionner ensemble, leur gestion se faisant via les menus ou par programme (chacun d'entre-eux ayant un numéro de périphérique LUN unique). Bien entendu, ils sont tous alimentés (sauf l'interface vidéo) par batteries rechargeables alimentés à travers le HHC, qui est le seul à avoir une prise de chargeur. Comme leur consommation électrique dépend du nombre, Panasonic vendait deux adaptateurs-secteur, l'un pour HHC et un périphérique maximum, l'autre pour HHC et jusqu'à six périphériques.

Le tout pouvait être livré dans une spendide malette RD-9808 fabriquée sur mesure en vynil noir, qui donnait à ce système l'air d'un matériel digne de James Bond !

 

hhc malette

 

Quelques ruses

Une chose à ne jamais oublier avec cette machine : la touche CLEAR sert à abandonner la tâche en cours pour revenir au menu de base, et ce pour toutes les applications....SAUF sous Basic, où il faut quitter impérativement par l'ordre BYE, sous peine de bloquer tout accès à sa mémoire (dans ce cas, une seule solution : effacer le fichier nommé B via le menu de gestion de fichiers). C'est une bogue très gênante, mais qui n'a pas dérangé ses concepteurs pour autant...

Autre ruse de sioux : aucun langage de programmation n'a de capacité de sauvegarde externe (cassette ou autre) : c'est le périphérique (Microprinter RL-P1004A) qui l'apporte, via un menu supplémentaire...De même, pour utiliser l'imprimante, ne pas oublier de l'activer via le menu accessible par la touche I/O.

 

Evolution

Le Panasonic HHC existera en trois versions dont seule la RAM varie : Panasonic RL-H1000 (2 Ko extensibles à 4), RL-H1400 (4 Ko), RL-H1800 (8 Ko) et sous deux autres marques, identiques à part les couleurs de façade : d'une part Quasar HK-2500TE (idem RL-H1000), HK-2600TE (idem RL-H1400) et HK-2608UE (idem RL-H1800), d'autre part Olympia OL-H004 (idem RL-H1400).

Cette machine n'aura pas d'évolution directe. Par contre, Panasonic récidivera en 1987 avec une machine à la philosophie rigoureusement identique, le Panasonic FH 2000 (microprocesseur Intel 8086), qui disparaîtra à peine présenté à la presse...

 

quasar hhc

 

Le coin du collectionneur

En 2010, les Panasonic HHC RL-H1400 sont encore assez faciles à trouver (surtout aux U.S.A.), les 1800 plus rares (et n'espérez pas "doper" facilement un 1400 en 1800, les cartes-mères sont différentes). Machine très solide et fiable, elle n'a guère d'autre défaillance possible que celle de ses accumulateurs Nickel-Cadmium, à changer pendant que l'on en trouve encore...

Par contre, les configurations avec malette Panasonic remplie de périphériques sont devenues très rares, et encore plus si l'on cherche ses clones Quasar et surtout Olympia, au succès commercial carrément confidentiel...Seule son imprimante RL-P1004 est trouvable (attention, elle a existé en deux modèles, avec ou sans interface-cassette : privilégier la RL-P1004A avec interface, c'est la seule possibilité pratique de sauvegarde magnétique).

Mais dans tous les cas, faire attention à ses modules (capsules) : la quasi-totalité des HHC sont équipés de modules EPROM d'applications professionnelles de l'époque, en général totalement inintéressantes. Très rares sont les ROM/EPROM de langage ! Demander systématiquement quels sont les modules enfichés à l'arrière, sous peine de se retrouver avec une encombrante calculatrice-horloge-alarme incapable de faire PRINT "BONJOUR"...

 

Caractéristiques techniques : Panasonic HHC RL-H1000, RL-H1400, RL-H1800

Première acquisition : novembre 2001

Microprocesseur : Mostek 6502 1 MHz (non CMOS : les concepteurs ont fait des miracles pour que l'autonomie n'en souffre pas !)
Système de calcul : priorité algébrique avec les quatre opérations
Fonctions intégrées : calculatrice 4 opérations, horloge avec alarmes programmables, éditeur de textes ; autres fonctions selon EPROM enfichables optionnelles
Langage de programmation : aucun d'origine, Basic, Forth et SNAP compilé sur EPROM enfichables optionnelles
Mémoire : mémoire constante de 2 Ko extensible à 4 Ko (RL-H1000), 4 Ko (RL-H1400) ou 8 Ko (RL-H1800) (1)

Afficheur : LCD alphanumérique (sur fond gris), 159x8 pixels formant 1 ligne de 26,5 caractères (1)
Connecteurs : 1x 44 broches Panasonic
Dimensions : 227x95x30.5mm (1)
Poids : 620 g. (1)
Alimentation : accumulateurs Nickel-Cadmium rechargeables intégrés (5 unités type RC06 1.2V), temps de charge : 12 h (1)
Chargeur (pour le HHC et 1 périphérique) : Panasonic RD-9493 (9V 500 mA, négatif au centre) (1)
Chargeur (pour le HHC et au moins 2 périphériques) : Panasonic RD-9498 (9V 1100 mA, négatif au centre) (1)
Accessoires d'origine : étui souple, instructions d'utilisation

Date de commercialisation en France : novembre 1981 (mention dans l'Ordinateur Individuel n°32)
Prix public annoncé en France : 4470 francs (novembre 1981)

(1) : Données constructeur

 

Caractéristiques techniques : Panasonic Color Plotter RL-P1002 (traceur graphique 4 couleurs)

Impression : traceur de courbes à stylos 4 couleurs sur papier normal, de 13 à 80 caractères par ligne, graphique

Connecteur : 1x 44 broches Panasonic
Dimensions : 227x95x58mm
Poids : 920 g.
Alimentation : accumulateurs Nickel-Cadmium rechargeables intégrés
Chargeur : rechargement via le HHC
Papier : normal en rouleau de 114mm de largeur par 25mm de diamètre

 

Caractéristiques techniques : Panasonic RL-P1003 (imprimante 15 colonnes)

Impression : matricielle thermique 5x7, 15 caractères par ligne, non graphique
Connecteur : 1x 44 broches Panasonic
Dimensions : 113.5x95x53mm
Poids : 450 g.
Alimentation : accumulateurs Nickel-Cadmium rechargeables intégrés
Chargeur : rechargement via le HHC
Papier : thermique en rouleau de 38mm de largeur par 25mm de diamètre

 

Caractéristiques techniques : Panasonic RL-P 1004 (imprimante 40 colonnes)

Impression : matricielle thermique 5x7, 40 caractères par ligne, non graphique

Connecteurs : 1x 44 broches Panasonic
Dimensions : 282x95x35mm
Poids : 420 g.
Alimentation : accumulateurs Nickel-Cadmium rechargeables intégrés (4 unités type RC06 1.2V)
Chargeur : rechargement via le HHC
Papier : thermique en rouleau de 80mm de largeur par 25mm de diamètre

 

Caractéristiques techniques : Panasonic RL-P1004A (imprimante 40 colonnes et interface-cassette)

Identique à la RL-P1004 sauf connecteurs : 1 x 44 broches Panasonic, 2x 1 prises jack femelles (3.5mm EAR et MIC) pour un magnétophone extérieur

 

Caractéristiques techniques : Panasonic TV Adaptor RL-P2001 (interface vidéo)

Standard de sortie : NTSC antenne et moniteur vidéo
Affichage : deux pages textes de 16 lignes de 32 caractères, 4 modes graphiques de 32x64 à 64x128 pixels, en huit couleurs

Connecteurs : 1x 44 broches Panasonic, 1x coaxial RF, 1x cinch vidéo
Alimentation : fournie par le HHC ; chargeur RD-9498 obligatoire
Dimensions : 227x95x30.5mm
Poids : 500 g.

Date de commercialisation en France : novembre 1981 (mention dans l'Ordinateur Individuel n°32)
Prix public annoncé en France : 2820 francs (novembre 1981)

 

Caractéristiques techniques : Panasonic RL-P3001 (interface série RS-232C)

Système de transmission : série asynchrone au standard RS-232C (1)
Paramétrage : vitesse de 50 à 9600 bps, 5 à 8 bits de données, 1 ou 2 bits de stop, parité (1)

Niveau de sortie : 10V ; niveau d'entrée : inférieur à 20 V (1) : c'est une vraie RS-232C qui n'est pas limitée aux niveaux TTL CMOS
Connecteurs : 1x 44 broches Panasonic, connecteur DB25 (CCITT V24) série
Alimentation : fournie par le HHC (1)
Dimensions : 113.5x95x61mm (1)
Poids : 350 g.

Date de commercialisation en France : novembre 1981 (mention dans l'Ordinateur Individuel n°32)
Prix public annoncé en France : 2350 francs (novembre 1981)

(1) : Données constructeur 

 

Caractéristiques techniques : Panasonic Modem RL-P4001

Système de transmission : par liaison phonique sur combiné téléphonique
Paramétrage : vitesse de 110 à 300 bps, 5 à 8 bits de données, 1 ou 2 bits de stop, parité en modes answer/originate

Connecteur : 1x 44 broches Panasonic
Alimentation : fournie par le HHC
Dimensions : 227x95x56.5mm
Poids : 550 g.

Date de commercialisation en France : novembre 1981 (mention dans l'Ordinateur Individuel n°32)
Prix public annoncé en France : 2350 francs (novembre 1981)

 

Caractéristiques techniques : Panasonic Modem RL-P4003 (avec connexions cassette)

Identique au RL-P4001, sauf connecteurs : 1x 44 broches Panasonic, 2x 1 prises jack femelles (3.5mm EAR et MIC) pour la sauvegarde de la transmission téléphonique

 

Caractéristiques techniques : Panasonic I/O Adaptor RL-P6001 (prise multiple)

Connecteurs : 1x 44 broches Panasonic en entrée, 6x 44 broches Panasonic en sortie (dont 1 nécessitant un câble de liaison fourni d'origine)

Alimentation : fournie par le HHC (1)
Dimensions : 425.5x318x51mm (1)
Poids : 1100 g. (1)

(1) : Données constructeur

 

Caractéristiques techniques : Panasonic RL-P9001/RL-P9002 (Programmable Memory Peripheral)

Capacité RAM : 4 Ko extensibles à 8 (RL-P9001), 8 Ko (RL-P9002) non volatiles par piles (1)

Alimentation : fournie par le HHC ; 3 piles LR03 1.5V DC pour la sauvegarde mémoire (1)
Dimensions : 113.5x95x30.5mm (1)
Poids : 230 g. (1)

Date de commercialisation en France : novembre 1981 (mention dans l'Ordinateur Individuel n°32)
Prix public annoncé en France (RL-P9001) : 2170 francs (novembre 1981)

(1) : Données constructeur

 

Nota : comme déjà spécifié, l'alimentation et/ou la recharge des périphériques se fait obligatoirement à travers le HHC, seul à disposer d'une prise de raccordement pour chargeur.

 

Référence : les revues de l'époque

  • Publicité Imatic, parue dans l'Ordinateur Individuel (n°38 de juin-juillet 1982)
  • Galop d'essai de l'Ordinateur Individuel (n°30 de septembre 1981)
  • Banc d'essai de l'Ordinateur de Poche (n°3 d'octobre 1981)
  • Panorama de Micro Systèmes n°34 (septembre 1983)

 

hhc pub imatic oi38p45

Go to Top