ico goupil3Évolution logique du Goupil 1 et 2, le Goupil 3 pourrait être la machine la plus célèbre de la gamme. Elle reprend le concept du fond de panier des modèles d'avant, mais la technologie est plus aboutie, de même que le design, qui devient soigné grâce au designer Roger Tallon, signant désormais les productions du Renard. La grande nouveauté provient des trois processeurs en carte et à la carte : le 6809 pour la continuité, le Z80 pour le CP/M omniprésent et le 8088 pour être à la nouvelle mode MS-DOS.

 

ico goupil2Le monstrueux Goupil ne faisait pas très crédible. La SMT revoit la carrosserie et compacte le tout suivant les critères ergonomiques et esthétiques de l'époque. La couleur change au profit d’un rouge brique bien tendance. La forme générale semble avoir été travaillée et est assez esthétique. Elle reste quand même assez grosse.

 

ico goupil2La "double pizza bien cuite" française. Bien avant que Sun ouvre sa pizzeria. On le trouve joli ce G4 avec sa couleur anthracite et sa forme originale. Son petit écran est monochrome rend l'ensemble est bien compact. Le plastique est un peu fragile, mais il ne jaunit pas dans le temps.

 

ico goupil2Le G5 est le modèle le plus décliné de Goupil. Introduit avec le 286 à 8 MHz, il suivit les évolutions du 386 et survécut en bas de gamme jusqu'au 386sx. La machine fut introduite en haut de gamme, mais ne pouvait pas rivaliser avec les IBM AT3 ou le Compaq Deskpro/386 situés dans une gamme de prix équivalente.