ico olympia phc2Les MSX incarnent une étape importante de la micro-informatique familiale. Il s'agit du premier pas dans la standardisation de machines ludiques issues de constructeurs divers. Principalement nippons, on trouve aussi Philips qui prit une part active dans cette niche, spécialement en Europe, où cette norme a assez bien marché. Les États-Unis ne furent pas trop branchés par le MSX, ce qui a limité sa reconnaissance mondiale.

 

msx logo

Ce qui est bien avec le MSX, c'est la multitude de machines et les évolutions improbables jusque dans les années 90. De nombreux pays en ont proposé, même si souvent les entrailles révèlent un constructeur du soleil levant. Grâce aux jeux en cartouches puis aux disquettes, il est aujourd'hui facile de jouer à de nombreux titres de qualité. Pratique ! La logithèque est abondante.

A l'origine de ce projet, c'est un jeune entrepreneur informatique japonais, Kazuhiko « Kay » Nishi qui a fondé la société ASCII Corporation. Après une collaboration fructueuse avec Microsoft pour la création du Nec PC 8000, Microsoft et ASCII concluent un partenariat.

Après avoir découvert le projet du Spectravideo SVI-318, Kay imagine qu'une norme interconstructeur pour les ordinateurs familiaux serait pertinente. En s'appuyant sur l'architecture Spectravideo, il produit une norme six mois plus tard. Nous sommes en juillet 1983. Les constructeurs électroniques nippons sont intéressés par ce projet. MSX est très vraisemblablement l'acronyme MicroSoft eXtended : un gage de qualité et d'interopérabilité à l'époque.

Panasonic (Matsushita), Canon, Sony, Yamaha sont parmi les premiers à proposer des machines familiales six mois après la publication de la norme.

Evidemment, le marché micro-informatique de 1984 était particulièrement saturé. Ce ne sera pas un raz de marée au Japon, ni même en Europe. Mais les ventes sont correctes et l'architecture qui se voulait complète et flexible permet de belles déclinaisons. C'est surtout le jeu qui va être le coeur du MSX.

En 1986, le partenariat entre Microsoft et ASCII est arrêté. ASCII deviendra seul maitre à bord et rapidement, la norme va évoluer avec un toujours un temps de retard sur l'état de l'art micro-informatique. Finalement, ASCII cédera les droits du standard MSX à la MSX Association en 2002.

 

Bill Gates et Kay Nishi avaient environ 25 ans
quand ils ont lancé le projet MSX.

 billou nishi

 

 

MSX

Presque 6 millions furent vendus sans que les USA en voient la couleur. Il s'agit donc d'un succès non négligeable, mais pas total. En 1984, Les USA ne jurent que par le C64. L'annonce des nouvelles machines 16 bits Atari et Amiga va couper l'herbe sous le pieds des constructeurs japonais. De fait, les MSX n'envahiront pas l'Amérique du Nord malgré quelques timides tentatives.

L'Europe va attendre la mi-984 pour voir les premières machines et les quantités seront assez limitées. Le MSX aura un succès freiné par un manque de machines disponibles. C'est surtout Philips qui profitera le plus du marché, grâce à son puissant réseau de distribution.

 

 

Ecran de lancement du MSX 1

msx boot

 

Il existe 5 évolutions officielles du MSX.

Trois 8 bits (MSX, MSX2 et MS2+) et deux 16 bits (MSX Turbo-R : ST et GT)

Voici la norme MSX-1 telle qu'annoncée en juin 1983 :

  • Z80A CPU à 3.58 MHz
  • 6 Ko RAM (au minimum)
  • 32 Ko ROM (au minimum) avec BASIC Microsoft
  • 8 Ko RAM pour les programmes MSX-BASIC, 16 Ko pour la vidéo
  • Port cartouche (1 ou 2)
  • Port joystick (1 ou 2)
  • Port magnétocassette 1200 - 2400 bauds
  • Port Centronics
  • Entrées/ sorties compatibles Intel 8255
  • Son compatible General Instrument 8910 (Yamaha YM 2149 par exemple)
  • Générateurs de son en 3 canaux à 8 octaves
  • Chip vidéo compatible Texas Instruments TMS 9918, 32 sprites
  • Résolution graphique 64 x 48 / 256 x 192 en 16 couleurs
  • Mode texte : 40 x 24 / 32 x 24
  • Clavier 72 touches avec 5 touches de fonction, flèches, et 3 touches spécialisées.

 

Le MSX-2 apporte quelques améliorations, mais pas assez pour emporter les suffrages face à la concurrence en 1985 :

  • 4 Mo RAM maximum avec 256 Ko en général
  • 48 Ko ROM
  • Date et heure sauvegardées par pile
  • RAMDisk
  • Composant vidéo V9938, 32 sprites (numérisation et incrustation possibles)
  • 128 ou 192 Ko de RAM vidéo
  • Résolution de 512x424 en 256 couleurs
  • Son 3 canaux

 

Le MSX-2+ apporte peu de nouveautés et aura peu de succès en 1987 :

  • 64 ko minimum de RAM
  • 96 Ko de ROM
  • Composant vidéo Yamaha V9958 compatible avec les précédents, 32 sprites et 64 à 128 Ko de RAM vidéo
  • Résolution 512x242x 19268 couleurs et sortie vidéo RGB.
  • Son 12 canaux, équivalent à la cartouche son FM-Pac, PSG compatible AY-3-8910 autorisant 3 voix sur 8 octaves, MSX-MUSIC compatible Yamaha YM2413 pour une synthèse FM sur 9 canaux. Sans être dans la norme, la majorité des MSX2+ l'intègre.
  • Notons que les 3 MSX2+ de Panasonic et probablement d'autres MSX de cette période intègrent le  composant Toshiba T9769x MSX-ENGINE qui regroupe un clone de processeur Z80A à 3,6 MHz, un VDP Yamaha V9958 et un générateur de son PSG compatible AY-3-8910.


Turbo-R, dernier avatar officiel :

Toujours compatible, il double les composants pour avoir des possibilités modernes. C'est Panasonic seul qui le sortira et pour le marché nippon exclusivement.

  • 2 processeurs dont l'incontournable Z80 à 3.58 MHz, compatible MSX
  • et le R800, MIPS RISC 16 bits à 14.38 MHz
  • Qualités graphiques sont équivalentes au MSX2+
  • Son assuré par un composant PCM (Pulse Code Modulator), échantillonnant à 15.75 KHz en plus du compatible FM-Pac

  

Au final, 700 000 MSX seront vendus en Europe, surtout des MSX1. 5 millions de MSX seront vendus au Japon, surtout des MSX 2 et suivants. Face aux 17 millions de C64, c'est faible, mais ce n'est pas rien.

 

Les jeux

La grande force du MSX, ce sont les jeux. L'utilisation de cartouches dans les premières versions a largement contribué à promouvoir cette plate-forme de jeu. De grands éditeurs nippons comme Konami ou Hal Labs ont proposé des adaptations de qualité de classiques de bornes d'arcade. De Salamander à Hyper Sports, l'ergonomie est bonne et la qualité sans grand défaut.
Le MSX2 améliore encore les choses avec une belle résolution et l'utilisation du lecteur de disquettes 3"1/2 en standard.

konami golf  box

Même si les productions très originales ne sont pas très nombreuses, il reste au final un bon sentiment de qualité générale de cette production vidéoludique. C'est ce qui compte pour assurer encore aujourd'hui, l'indéniable succès que le MSX a connu de 1983 à 1993.

konami salamander  

 

 

Et sur le MSX2+

Beaucoup de jeux spécifiques. On peut citer au hasard :

  • Twinkle Star de Yoshida. Un shoot'em up célèbre qui utilise les fonctionnalités de scrolling du MSX2+.
  • Golvellius 2 de Compile. Un RPG avec des graphismes en mode 11 (256x212 en 512 couleurs) et du scrolling (à ne pas confondre avec la version MSX2)
  • F1-Spirit 3D Special de Konami. Une version du célèbre jeu de bagnoles qui ose le mode 12 (256x212 en 19268 couleurs) et du scrolling. Il y a même la possibilité de jouer en link à deux.
  • Tetris II de RAM. Un Tetris-like qui utilise le mode 12.

Et de nombreux autres titres.

 

Ye Ar Kung Fu (1985)

msx2 yie ar kung fu

 

1chipMSX

En 2006, les Japonais ont créé un équivalent à l'AMiga One pour MSX, le One chip MSX. C'est une réalisation de la société D4 Enterprise. Basé sur un FPGA, il émule tous les composants d'un MSX-2 et même l'audio MSX-MUSIC et SCC+, sauf la RAM.

 

Konami Ping Pong

msx ping pong

 

Questions des lecteurs

Guillaume nous demande : "J'aimerais savoir si les cartouches japonaises MSX sont compatibles avec un ordinateur MSX européen. Est-ce qu'un ordinateur MSX japonais passerait sur ma télé sachant qu'ils sont en NTSC ?"

Notre réponse :
" Bonjour, Guillaume.
Pour les cartouches, pas de zones et une compatibilité ascendante. Aucun souci donc. Pour les MSX nippons, il s'assurer du type de sortie : Antenne UHF pour les plus anciens, il faut une TV qui supporte le NTSC et c'est rare. Le plus simple est alors d'utiliser une carte d'acquisition sur un PC. Si c'est une sortie RGB/Composite (CINCH jaune) il faut que la TV le supporte. C'est très fréquent dans les TV récentes. Attention aussi à l'alimentation en 100 V !"

 

Champion Boulder Dash (1985)

msx champion boulder dash 1985

 

 

Quelques fiches machines

 

sony hb55 pub

Go to Top