ico osborne1Adam Osborne (né le 6 mars 1939, mort le 18 mars 2003) souhaitait créer une machine innovante. Elle devait être suffisamment compacte pour être transportée et tenir sous un siège d'avion. Payés dans le commerce, les logiciels phares fournis en standard valaient le prix de l'ensemble. C'est de ce concept que naquit le premier portable, l'Osborne-1.

 

 

osbornelogo

 

Mais cet ordinateur n'était pas exempt de défauts. Son poids était élevé et la taille de l'écran ridiculement réduite. Qu'importe. Le succès fut immédiat, 125 000 exemplaires furent construits dès 1982. Mais, la gloire trop rapide et le management approximatif eurent raison d'Osborne en 1983 qui fit faillite.

adam osborne

Adam Osborne appréciait l'écriture de documentation technique. Dès 1970, il rédige des manuels pour des sociétés comme Intel et ses microprocesseurs. En 1972, il fonde Osborne & Associates pour éditer des ouvrages simples et faciles à lire sur les ordinateurs. Il écrit The Value of Power, plus tard rebaptisé An Introduction to Microcomputers, mais ne trouve pas de gros éditeurs désireux de le signer. Il décide de le publier lui-même. Comme tous les amateurs d'ordinateurs de l'époque, Adam fréquente les clubs informatiques. Il y vend régulièrement son ouvrage. C'est ainsi qu'il prend contact avec IMSAI pour le vendre avec chaque future machine. Dès 1979, 40 titres sont édités par Osborne.

À la même époque, Adam collabore à des journaux tels qu’ Interface Age et Infoworld. Ses chroniques débutent sur de simples présentations des machines, mais au fil des ans se transforment en critiques acerbes du milieu micro-informatique.

C'est en mars 1980 que Lee Felsenstein (créateur du Sol-20 pour Processor Technology, que Silicium cherche ardemment) rencontre notre Adam à un salon informatique. Ensemble, ils bâtiront le concept qui donnera naissance à l'Osborne-1. Présenté sur salon en avril 1981, le portable en jette. Dès septembre, les ventes s'élèvent à un million de dollars. Mais la concurrence s'engouffre dans ce concept juteux et Osborne ne tarde pas à chuter. Apple et IBM sont deux mastodontes difficilement détrônables. Découvrez le Kaypro, son concurrent direct.

 

osborne1

 

Suite à cet échec, Adam retourne à l'édition en 1984 et crée Paperback Software. Il propose notamment des logiciels à prix réduit. Le plus célèbre sera le tableur VP Planner. Faisant de l'ombre à Lotus et son célèbre 1-2-3, ce dernier sera attaqué en justice pour plagiat, réduisant les ventes et faisant plonger l'éditeur. Un jugement donne raison à Lotus en 1990. Osborne abandonne et quitte ses fonctions.

Le musée recherche : L'Osborne Executive et le Vixen.

 


Première acquisition : Mars 1999
Généreux donateur : Alexandre Crozat
Constructeur : Osborne
Modèle : OCC-1
Année/Prix : 1981 / $1795

CPU : Zilog Z80A à 4 MHz
RAM/ROM : 64 Ko/4 Ko
Graphisme : texte : 24 x 52 sur moniteur 5" vert intégré
Mémoire de Masse : 2 floppies 5"1/4 180 Ko HD 8 Mo en option
CP/M 2.2, Basic, Supercalc et Wordstar fournis en standard
Ports : RS-232, IEEE-488, Batterie optionnelle, Modem, Vidéo externe
Poids : 12 Kg
Périphériques : une batterie pour avoir de l'autonomie et s'arracher un bras quand on tente de la porter.

 

 

 osborne1face

Vues

De face, avec la sérigraphie clavier. Ce qui choque aujourd’hui, c’est la taille microscopique de l’écran. Certes, l’affichage n’est que de 52 colonnes par 24 lignes et pas de 80. Mais il faut avoir une vue d’aigle pour oser travailler avec un tableur.

Fermé, il ressemble à une glacière bancale

osborne1ferme

Gros plan sur l'intérieur

 osborne1gros plan

 

Autres modèles

Annoncée en 1982, la version améliorée OCC-2 Executive était dotée d’un écran de 7 pouces ambre et d’un processeur Zilog Z-80b à 6 MHz. La machine était aussi ventilée. La dot logicielle était toujours fournie et améliorée dans certains cas. L’émulateur de terminaux était beaucoup plus riche avec le support du VT100, de l’Hazeltine ou du format Hewlett-Packard.
Les exemplaires livrés furent très peu nombreux quand Osborne a cessé son activité.

 

osborne2 


Le successeur Vixen (ou Osborne 4) fut annoncé début 1983 et produit en 1985 après la banqueroute en très petite quantité. Il est plus compact et son clavier est attaché à la caisse.
Pour finir, 3 prototypes d’un Osborne Executive furent construits autour de l’architecture du compatible PC à base de processeur Intel 8088.

 osborne vixen

 

 

 

 osborne1pub

 

 

 

 

 

 

Go to Top