ico berserkLorsque les ordinateurs et les consoles chauffent, délaissez vos machines pour une partie de jeu de plateau. Silicium vous présente Berserk, édtié par Milton Bradley en 1983.

Il fait partie de la série de jeux d’arcade traduits en version plateau par l’éditeur MB au début des années 1980. Berserk est une borne d’arcade de 1980 assez méconnue, mais assez intéressante. Son improbable adaptation est très kitch, ce qui n’était pas pour nous déplaire…

 berserk logo

Berserk en arcade

Il est issu de la borne d’arcade du même nom. Développée par Alan McNeil pour Stern Electronics, ce shoot façon « run & gun » est publié en 1980. On le retrouve en 1982/83 sur Atari 2600, 5200 ainsi que sur Vectrex et micros Atari 8 bits et Tandy Coco.

Il utilise un Z80 et affiche en 256x224 en 16 couleurs et synthétise de la voix grâce à un circuit National Speech.

C’est surtout pour cela que l’on se souvient encore de ce jeu. Il faisait parler des robots chasseurs d’humain. Une première à l’époque. On pouvait même sélectionner la langue par switch et les entendre en français.

Les mots sont assez travaillés pour l’époque puisqu’ils se combinent pour former de petites phrases.

Outre le "Coins detected in pocket" en mode démo, le jeu va générer des phrases suivant certains événements du jeu et aussi de façon aléatoire.

berserk flyer

Cyberpunk, mais presque

L’esprit du jeu est clairement cyberpunk 80’s. La transcription en version de plateau respecte plus ou moins cet esprit, l’ensemble tirant un beaucoup plus vers Flash Gordon. Le tout est esthétiquement assez réussi, le plateau rappelle assez bien l’écran et les personnages sont assez jolis quoiqu’ un peu cheap. L’humanoïde a même un bras articulé, inutile et moche.

berserk closeup

Berserk by MB

Ce qui frappe le retrojoueur, c’est que la boîte française ne fait pas référence au jeu. La version américaine annonce pompeusement : « D’après le passionnant jeu d’arcade de Stern » En tous les cas, le dessin est superbe et bien daté début 80’s. Le style est vraiment copié dans le choix des graphismes et des couleurs, à la même époque où sort le film Flash Gordon.

Le contenu est limité. Le plateau, six robots, l’humanoïde au bras articulé et Evil Otto (Otto le Méchant dans la version française). Ajoutons à cela une règle, deux dés et dix jetons rouges.

berserk fr box

 

berserk us box

Le jeu

Chaque joueur prend 5 pions. La partie se joue en 3 rounds. Celui qui joue l’Humanoïde doit éliminer les robots et sortir du labyrinthe. Celui qui joue Otto et ses copains robots doit tuer l’Humanoïde (qui a cinq jetons-vies) ou l’empêcher de marquer des points et de sortir du labyrinthe.

On se déplace au hasard des dés. Quand l’Humanoïde jouxte un robot, il peut le dégager à grands coups de bras articulé. En revanche, le bel Otto est indestructible…

On joue trois rounds en modifiant légèrement les règles : Au second round ce sont Otto et un seul robot qui peuvent se déplacer. Au troisième et dernier round, le joueur ne peut choisir qu’Otto ou un robot.

 

berserk jeu plateau

La partie se termine après les trois rounds où lorsqu’ils ont perdu chacun 5 vies. Celui qui fait le plus de points a gagné.

C’est un peu simpliste et pas très excitant. Berserk ne fait pas exception aux autres adaptations MB de jeux d’arcade en plateau. C’est faible, mais on n’est pas déçu : l’ensemble a fière allure. C’est un bel objet.

 

berserk arcade

Go to Top