ico magnumTrès récemment, nous avons mis la main sur des documents présentant une nouvelle machine inconnue de chez SMT. Un généreux donateur nous a confié une pile de documents contenant d’excellents dossiers techniques, marketing et financiers. Nous sommes tombés sur une photo d’un portable Goupil que nous ne connaissions pas. Elle accompagnait le dossier de presse du lancement du Goupil 3 PC, daté du 13 septembre 1984.

 

En complément de cette annonce, deux pages clamaient « Goupil introduit Magnum en France ».
Le moustachu à chemise hawaïenne ou l’eskimo chocolaté ?
Le texte explique que la SMT a choisi un « portable autonome pour compléter sa gamme de micro-ordinateurs ». On y lit que la sélection s’est faite parmi plusieurs impétrants. Malheureusement, la liste des machines n’est pas mentionnée. Mais l’heureux élu est l’Australien Dulmont Magnum. C’est une machine portable obscure, mais reconnue comme étant le premier Laptop. Fonctionnant sous MS-DOS, elle a le charme des protoPC. D’une époque d’avant 1985-1986, quand l’homogénéisation des compatibles ne régnait pas encore et quand les constructeurs osaient des propositions techniques pour se démarquer d’une concurrence pléthorique.

 

goupil magnum


Le communiqué annonce un accord signé par la SMT avec Dulmont pour des développements technologiques communs sur ce type de produits. Il est fait mention d’une véritable « politique de transfert de technologie. »
Le document vante ensuite les qualités technologiques bien réelles de la machine : processeur Intel 80186, RAM CMOS non volatile. Et ajoute de façon avisée : « qu’elle correspond au marché prêt à exploser du micro-ordinateur autonome offrant des possibilités comparables à celle de micro-ordinateurs de table. »
Le prix annoncé d’un « modèle à affichage 16 lignes sera de 27 400 francs H.T. en version 288 Ko ».
Les choses semblent ficelées et pourtant rien n’est sorti comme chacun sait.
Que s’est-il donc passé, pourquoi la SMT s’est finalement tourné vers Kaypro pour proposer le Goupil Club ? L’apparition d’une machine à base de processeur Intel 80186 a-t-elle un lien avec le futur Goupil G4, lui aussi équipé d’un rare 80186 ? G4 dont on se demande si ne serait pas lui-même issu du Mad Computers Mad-1.
Voilà de véritables questions qui complexifient encore plus l’histoire de Goupil, quand bien même de nouvelles informations font surface. Aussi, si vous avez des informations sur le sujet, n’hésitez pas à nous contacter pour que nous puissions établir l’éclairage complet sur la gestation de ces machines chez le Renard.

 

Goupil Magnum : gros plan sur le logo... Dulmont !

goupil magnum detail

 


Constructeur : Dulmont Pty Ltd (une association australienne entre l’équipementier électrique Dulmison Pty Ltd et la filiale australienne d’un distributeur énergétique belge Tramont Ltd.)
Modèle : Goupil Magnum

Date / Prix : annoncé en septembre 1984 en France pour une machine sortie en 1983 en Australie / annoncé à 27 400 francs H.T. en version 288 Ko

CPU : Intel 80186 à 8 MHz
RAM : 288 Ko vraisemblablement extensibles à 384 Ko
ROM : de 128 à 384 Ko avec deux ports cartouches ROM de 128 Ko (avec de probables francisations de Magwriter, Magcalc et de tous les outils disponibles à l’époque… Le tout compatible MS-DOS)

Graphiques : 480 x 128 Texte : 80 x 16 en monochrome sur afficheur LCD et 80x40 sur écran externe.
Son : haut-parleur interne
Clavier de 76 touches avec fonctions et flèches, qui n’est pas francisé sur la photo.
Ports : 2 ports ROM cartouche de 128 Ko, 2 port série, parallèle, vidéo composite, bus d’extension
Dimensions : 32 x 27,5 x 5,5 cm (LxPxH). / 4.8 Kg

Alimentation : externe de 7V et batterie interne Ni-Cad composée de 5 modules de taille D avec 2 heures d’autonomie annoncée par Dulmont. Batterie C-MOS pour le backup de la RAM

Périphériques : bifloppies 5.25'' 360 Ko, disque dur 10 Mo avec MS-DOS 2.1

 

Vous avez récupéré un Goupil Magnum ou un Dulmont de chez SMT ? Faites-nous une donation !

Et aussi, découvrez l'histoire de Goupil !

Go to Top