leanord logo v1Léanord, Léanord.
Enfin une marque française, obscure juste ce qu'il faut, mais qui connut son heure de gloire et dont on ne sait presque rien. Le Laboratoire d'Electronique et d'Automatisme du Nord a été fondé en 1960 à Haubourdin près de Lille. C’est une filiale de Creusot-Loire au moins à partir des années 70. En 1972, un centralien du nom de Bernard Pronier en devient directeur. Il impulse la stratégie « micro-informatique » dès la fin des années 70.

 

 Bernard Pronier au milieu des années 80prosnier

Picolog

Les premières machines dont on trouve trace sont les machines Pico 80, à base de micro processeurs Intel 8080/8085. Ces machines sont modulaires et semble avoir été pensées pour l’automatisme. Il y en a toute une gamme qui s’éteindra avec l’arrivée de la micro-informatique, beaucoup plus souples à mettre en œuvre et performantes que des cartes d’apprentissage et de gestion de processus.

Le système Picolog80 de développement
picolog80dev

 

Le système Picodidac80
d'aprpentissage du langage machine
picodidac80

 

Silex

Un patronyme préhistorique pour un ordinateur d'un autre âge.
Les débuts micro-informatiques de Léanord se font avec le mystérieux Silex vers 1978. A cette même époque, ITT au Royaume-Uni va proposer son 2020 qui est une adaptation assez proche de l’Apple 2. Il y a fort à parier que Léanord a aussi adapté la machine à sa sauce.
La plaquette publicitaire ne donne pas trace du célèbre ordinateur californien, mais les spécifications sont très semblables.

Un Silex issu de la plaquette de présentation
qui affiche quelques lignes du moniteur Apple 2
leanord silex version pub


Léanord, propose une offre construite, chère (29 000 F) et semble avoir adapté un basic (SILBasic), un pascal (SILPascal), un DOS (SILDOS), etc. Une offre entièrement dédiée et complète avec des cartes convertisseurs et d’interfaçage numériques.

Nous ne connaissons pas de survivants de cette obscur compatible Apple 2 pour pouvoir étudier les travaux de Léanord autour de l’Apple 2.
Mais nous disposons d’une trace tangible de cette époque préhistorique. Il s’agit du biflopp 8 pouces externe à tendance hexagonale avec une carte Apple 2 dans lequel elle était montée.

Le Silex a inauguré le boitier de 20 Kg et de dimensions 54x35x59 cm (LxHxP) qui sera adapté par la suite pour les Sil'z I, II et III sous CP/M.

 

Une photo posée du Silex issue de la plaquette de présentation
 leanord silex operatrice

 

Sil’z

En 1979, Léanord ne semble plus croire à l’Apple 2 et choisi le CP/M comme cheval de bataille. Le nom devient alors Sil’z, un bien curieux borborygme.
Nous avons dénombré trois modèles qui reprennent le format monobloc Silex. Il est assez difficile de faire la difference entre ces trois modèles.
En 1983 sort le Sil'z 4, dernier 8 bits et dernier représentant CP/M. Il arbore une ergonomie modernisée avec un clavier détachable et un écrans séparé.

leanord silz2

Nanoréseau et Sil’z 16

En collaboration avec l’université de Lille, Léanord industrialise un réseau local bas de gamme basé sur du RS422. L’éducation nationale le diffusera pour former la jeunesse française. En associant un micro-ordinateur de type Thomson MO5, il est possible de faire baisser les couts. Un serveur PC servira de tête de pont et permettra de diffuser les binaires vers les stations Thomson. Plusieurs constructeurs proposeront leur PC. On peut citer : Bull et son Micral 30, Matra et l’Axel 20 et la SMT et le Goupil G3-PC, Logabax et le Personna 1600.

leanord silz16

PC

Dès lors, Léanord s'engage dans le choix du compatible PC. L'Elan est une machine construite autour d'un fond de panier ISA 16 bits. La carte mère prend place dans un des slots. C'est une réalistation de Léanord.
Les autres cartes, comme la carte série et parallèle ou le controleur de disques sont issus du marché. Le Challenger reprend la même formule dans un boitier encore plus compact, avec un capot qui pivote et qui est facilement ouvrable. La conception est simple et très efficace. Les Elan et Challenger s'avèrent être des machines fiables et d'un bon niveau de compatibilité.

L'idée derrière le choix d'une technologie à fond de panier est surtout de pouvoir réaliser facilement des mises à niveau. En réalité, c'est un leurre car il faut aussi changer pas mal de composants tels la carte vidéo, le disque voire changer le controleur disque. Avoir une machine sensiblement plus performante peut revenir aussi cher que de tout changer, à une époque où la puissance des PC grimpe en flèche tous les six mois.

 


Autocollant promotionnel
de la première gamme d'Elan, vers 1989elan logo small

 

Après un rapprochement avec Intertechnique et sa filiale IN2, Léanord sera absorbée par Siemens à partir de 1989. Les évolutions d’une large gamme PC apparaitront sous cette marque les années suivantes avant de disparaitre dans un anonymat nébuleux dont nous n'avons pas trouvé de traces.

 

Si vous avez de l'info, une expérience chez le constructeur ou autre, contactez-nous !

 

elan logo carton

 

Une tentative de chronologie

Surement incomplète (cliquer sur le nom pour la fiche) :

ico picolog80Picolog 80

système de cartes autour du 8085

1977?

 

ico picodidacPicodidac 80

machine d’apprentissage du 8085

1979

 

ico silexSilex

boitier monobloc, carte mère sous licence Apple 2

1978

 

ico leanord silz2Sil'z

boitier monobloc sous CP/M (photo du Sil'z 2)

1979-1980

 

ico leanord silz2Sil'z II

boitier monobloc sous CP/M 2.2

1981

 

ico leanord silz3Sil'z III

boitier monobloc sous CP/M 2.2

1982

 

ico leanord silz4Sil'z IV

boitier façon PC mais sous CP/M

1983

 

ico leanord silz16Sil'z 16

boitier slim, ProtoPC origine Future Computers, utilisé dans un second temps pour faire tête de pont Nanoréseau

1983

 

Elan (les premiers PC à fond de panier, 8088 puis 80286 et 80386, facade gris moyen) 1988 ?

Challenger (les même en moins large, même couleurs) 1990 ?

Challenger Elite (même principe dans une caisse beige crème un peu moins massive) 1991

Rachat par Siemens vers 1990.

 

leanord logo

 

Un lecteur anonyme nous éclaire :

"Le Micro-didactique Picodidac 80 est un micro-ordinateur didactique a été conçu par Léanord pour l'enseignement de l'informatique et plus particulièrement des microprocesseurs.
Il permet d'analyser et de visualiser en permanence. C'est un système sur lequel j'avais travaillé pour apprendre le langage machine et le basic.
Je me souvenais très bien du type de µp qui était le 2650 de signetics. Ce microprocesseur avait la particularité de pouvoir au niveau hard de travailler en pas à pas !
J'ai très bien reconnu son boitier sur votre forum. Le PICODIDAC, c’était en 1979 !"

 

Didier nous explique :

" Il serait intéressant que vous parliez de l'épopée Léanord.
Léanord a produit presque simultanément à R2E un micro-ordinateur de nom PICOLOG dans les années 70. Quelques cartes autour d'un micro 8080, le tout piloté par un téléimprimeur de marque anglaise. Les programmes étaient sur ruban. Le dialogue homme-machine se faisait par clavier et papier. Ensuite, Léanord a sorti le Silex et le Sil'Z, le Silex tournait autour d'un 6502 de Rockwell. Si ma mémoire est exacte, celui-ci fut remplacé très vite par un Z80 de Zilog-Exxon, etc., et devint avant fin 1981 le Sil'Z.
Il serait intéressant pour votre musée de posséder un Silex... chose incroyable, le Silex était tout acier avec un seul lecteur de floppy. On pouvait ajouter un autre floppy sur le coin de l'écran... donc d'un poids très conséquent...
C'est cette particularité qui à mon sens le rend intéressant. On pourrait en parler pendant des heures... Pourquoi l'acier ? Et surtout sur ce que sont devenus les Bull, Léanord, Goupil, etc. trop de dispersion, pas assez d'Europe pas assez d'industries européennes du CI. "

 

Frédéric nous précise :

" J'ai travaillé quelques mois dans les services techniques de Léanord autour de mai 1989, quelques mois avant que la société ne se fasse racheter (par Siemens, je crois). Ce que je peux vous dire c'est qu'à cette époque, Léanord avait tout une gamme de compatibles PC qui avait tous la particularité d'utiliser un boîtier qui comprenait une carte "fond de panier" avec juste des connecteurs. La "carte mère", qui comprenait le processeur et la RAM était donc une carte enfichable comme les autres (pratique pour les évolutions). À cette époque, il y avait encore des 8088 à 4,77 et 8 MHz, mais le gros de la gamme était des 286 à 8, 10 MHz et même 16 MHz. C'était la première fois que je voyais un processeur avec radiateur. Le haut de gamme était représenté par les 386sx16 et les tout premiers 386DX20. Les cartes 386 pouvaient accueillir jusqu'à 8 Mégaoctets de mémoire en 8 modules Sip (module Simm de l'époque avec des pins).

Les cartes mères étaient de conception Léanord.
Pour les cartes vidéo, c'était CGA, Hercules (monochrome haute résolution), EGA (le plus courant avec Hercules) ou VGA (les premières cartes venaient juste de sortir).
Pour faire un PC, à l'époque chez Léanord, il fallait un boîtier avec l'alimentation, une carte fond de panier, une carte mère avec Ram, une carte vidéo, une carte port série et parallèle, une carte interface disque dur/disquette au standard MFM de l'époque et de 40 Mo. Il y avait bien des disques de 100 Mo, mais ils prenaient deux emplacements 5 pouces un quart et pesait plusieurs kilos) et un lecteur de disquettes 5 pouces un quart.
Un des plus gros clients de Léanord était La Poste à qui ils vendaient des 286 en grande quantité.
Il ne faut pas oublier non plus que Léanord était le constructeur des boîtiers nanoréseaux que l'on mettait derrière les MO5 pour les relier à un concentrateur (typiquement, un TO9 ou une machine compatible PC). Ils en ont vendu des millions.
Mais ces quelques semaines chez Léanord m'ont aussi permis de voir le "musée" de l'époque. Les machines CP/M de la gamme Sil'Z (dont vous parlez sur votre site Web), mais également des machines compatibles Apple II à base de carte mère venant tout droit de chez Apple (ont-elles été commercialisées ou n'était-ce que des prototypes ?).
Je me souviens également avoir vu un premier compatible IBM PC dont la carte mère faisait 50 cm x 50 cm et dont toutes les fonctions étaient réalisées avec des circuits TTL de la série 74LSxx. Ma mémoire peut me trahir, mais il me semble fort que cette machine fût commercialisée sous l'appellation Sil'Z avec un numéro derrière.
Je vous écris ce courrier parce que j'ai été très étonné de ne pas trouver de compatible PC de marque Léanord dans votre musée alors qu'ils en fabriquaient. "

 

 

 

 leanord silz16 pub

 

Go to Top