ico sirius1Sirius Systems Technology voit le jour en 1980 à Scotts Valley, près de San Francisco. A l’origine de cette société, on trouve Chuck Peddle. Il a travaillé à la conception du microprocesseur Motorola 6800, avant de rejoindre MOS Technology pour créer le célèbre 6502. Sirius représente le haut de gamme de la micro-informatique du début des années 80.

 

 sirius logo

 

Fin 1982, Sirius va monter un partenariat avec le fabricant de calculatrices Victor Business System. Elles vont rapidement fusionner. Car les deux structures sont la propriété du principal investisseur, Walter Kidde. La nouvelle structure va désormais se prénommer Victor Technologies. Après une brève série de machines et une entrée en bourse en 1983, ce sera la faillite en 1984.
Un distributeur informatique suédois du nom de Datatronic va reprendre l’activité PC et vendre des PC Kyocera rebadgés Victor.

La première machine sera le Sirius 1 (Europe) ou Victor 9000 (USA). Sa conception débute en janvier 1981 avec une équipe de 8 personnes et le prototype sera montré en avril 1981. C’est un ordinateur à base 8088, au détriment du Motorola 68000 que Chuck trouve trop onéreux. La machine est très compacte et fait tourner CP/M86 puis MS-DOS. A cette époque des tous débuts du PC, la compatibilité IBM PC ne représente rien. LA compacité, la haute résolution graphique, les différents OS, la mémoire très confortable de 128 Ko et un son pseudo Hi-fi sont les vrais arguments commerciaux. Le Sirius est inventif, c’est une machine innovante.

Avec le retard de l’introduction de l’IBM PC en Europe, Sirius va savoir séduire les Européens et réaliser de belles ventes. C’est par exemple ACT qui va par la suite créer l’Apricot qui le distribuera avec succès au Royaume-Uni.

 sirius 1

Mais donnons la parole à nos lecteurs experts :

Laurent, un gentil lecteur nous informe :

"La société Sirius a sorti en 1981 cette machine dotée de deux lecteurs de disquettes sous sa propre marque, le Sirius 1. Le créateur de la machine et PDG de la société n'était autre que Chuck Peddle. Celui-là même qui avait créé le célèbre PET 2001 pour Commodore, à l'époque simple fabriquant de calculettes. La rude concurrence de l'IBM PC et des machines genre NEC Decision ont eu vite fait de mettre Sirius au bord de la faillite.
Victor a par la suite sorti une machine hybride, compatible Sirius et PC. Il me semble qu'il s'appelait Sirius Vi. La marque a ensuite coulé pour être reprise fin 1989 par Tandy."

 

Un autre lecteur, Yves, nous apporte un complément intéressant :

" Le S1 était proposé en trois versions :

  • Double lecteurs de disquettes simple face 620 Ko, 128 Ko de mémoire vive. Le S1 avait une résolution graphique de 800 x 400 pixels et ne disposait pas de mémoire vidéo propre : elle était ponctionnée sur la mémoire vive. Et le Bios était réduit à sa plus simple expression. Avantage : la police de caractères pouvait être modifiée. Son prix : 29 900 F HT.
  • Doubles lecteurs de disquettes double face, 1, 2 Mo, 256 Ko de mémoire vive.
  • Disque dur interne et lecteur de disquettes 1,2 Mo, 256 Ko de mémoire vive. En France, seul le modèle avec disque dur 10 Mo était proposé. En Angleterre, un modèle avec 5 Mo était également disponible.

En 1983, Victor lançait une version transportable du S1, le Vicki. Semblable à une machine à coudre, le Vicki reposait sur un 8086 cadencé à 5 MHz. Son problème : ses lecteurs de disquettes 1,2 Mo de marque Philips se désalignaient très vite, ce qui rendait impossible la lecture des disquettes.
En 1984, Victor lançait le Vi, compatible à la fois PC et S1. Physiquement, le Vi différait peu du S1 : seuls les lecteurs de disquettes changeaient (ils étaient de demi-hauteur contre une pleine hauteur pour le S1). Problème, le Vi était terriblement "bogué" et lent (il reposait toujours sur le 8088 cadencé à 4,77 MHz). Notamment, il avait un slot interne théoriquement compatible PC. Mais il ne l'était pas..."

 

Le musée recherche : logiciels, littérature, d'autres modèles de la gamme, des extensions telle la carte z80.

Sirius mod.1 : le clavier

sirius clavier

 

Premières acquisitions : septembre 1996, mai 2000, janvier 2003, mai 2018
Généreux donateur : Bruno Vergnes, Gérard Tischer (Victor 9000), Jean-Paul Vogel, Michel Jannin (Victor PC)
Constructeur : Sirius Systems Technology puis Victor (USA)
Modèle : Sirius Model 1
Année/Prix : 1981/30 000 F et $ 4995 aux USA (128K et 2x612Ko), 38 000 F (256K et 2x1.2 Mo)

CPU : Intel 8088 à 5 MHz
RAM/ROM : 128 Ko ou 256 Ko extensibles à 896 Ko / 16 Ko (bootstrap)
Graphisme : 800x400x2 couleurs texte :80x25 ou 50x25 et 132x50
Son : CODEC pour la synthèse vocale et haut-parleur interne
Mémoire de Masse : bifloppie simple face 5"1/4 interne 612 Ko ou double face simple face 5"1/4 interne 1224 Ko, Microsoft MS-DOS et Digital CP/M-86
Ports : clavier, alimentation, 2 ports série, 2 ports parallèle, vidéo, 4 slots internes
Dimensions : 38 (L) x 33 (P) x 18 (H) cm / 12.5 kg

Périphériques : imprimantes
Quelques logiciels sous CP/M et le MS-DOS 1.0

 

Voici deux révisions du Sirius mod. 1

 

 

 

victor logo

Le Victor Sirius : Il s'agit du Sirius 1 rebaptisé. Seul le logo a changé.

 victor 2

Le Victor PC

 victor sirius

Ce modèle est compatible PC. La photo représente un modèle 462 avec disque dur intégré. La caisse est identique, mais la couleur change.
Le clavier a subi une amélioration, les touches de fonction 8, 9 et 10 sont apparues pour être au même nombre sur le PC IBM.

 

Richard nous précise :

"À propos du Victor Sirius et du S1 :

La dernière photo est celle d'un S1 et non du modèle compatible PC (je ne me souviens plus de son nom).
J'ai encore dans mon grenier plusieurs Victor S1 (j'ai même récemment jeté un écran). J'ai également la copieuse documentation et un traitement de texte scientifique " Micro-Plume ".
J'ai commencé l'informatique avec cette machine, et n'ayant pas de BASIC, j'ai dû me lancer dans l'assembleur (très formateur, lorsqu'on ne part de rien).
Le principal avantage de cette machine est qu'elle était "semi-graphique". On pouvait écrire en arabe, japonais, chinois.... On pouvait dessiner soi-même les caractères dont on avait besoin dans une cellule qui comportait un nombre suffisant de pixels pour un très bon affichage (très pratique pour un usage scientifique et multilingue). L'impression de faisait en combinant les caractères ASCII et les caractères graphiques. "

 

Roland nous apporte des précisions sur la filiale française et sur les machines les plus récentes :

"Victor Technologie est une société française créée en 1985 dont le premier siège fut à Puteaux jusqu'en 1987, date à laquelle la société déménagea pour des locaux plus spacieux avenue Napoléon Bonaparte à Rueil-Malmaison (92500).

La gamme a évolué de la façon suivante :

En 1986, le VPC2, avec 8086 à 4,77 MHz, disque dur 10 Mo et jusqu'à 640 Ko de RAM

En 1987, le V286, avec 80286 à 4,77/8 MHz, disque dur 20 ou 40 Mo (encodage MFM) puis 30 ou 60 Mo (encodage RLL). Notons une version particulière avec BIOS 1.09 pour recevoir un disque serveur de marque PRIAM de 130 ou 200 Mo

En 1987, le VPC3, petit frère du V286 qui possède un compartiment pour l'accueil d'un disque amovible "Add-Pack", de 30 Mo en RLL (Seagate ST238 ou Lapine LT 300 ou Kyocera) et 640 Ko de RAM d'origine extensible à 1 Mo et carte vidéo VGA Genoa. La production de juin 1988 de cette machine fut incontestablement celle de la meilleure qualité (carte mère révisée réf. ADK470/PGS00) et première livraison de disques Kyocera.

En 1988, le V286A est une évolution du VPC3, mais sans Add-Pack et livré en standard avec Windows 2.10

En 1988, le V386A est une évolution du VPC3 avec Add-Pack de seconde génération et processeur 80386, mémoire DIL, mais toujours pas d'IDE, disque dur 40/60 Mo exclusivement en RLL, livré en standard avec Windows 2.10

En 1988, le V386S est une évolution du V286 à base de 80386 - S comme serveur

En 1988, le V286 P - P comme portable

En 1989, arrive enfin la nouvelle gamme de produits comprenant des minitours, etc.
Après des difficultés financières, il semble que Victor fut interdit de marque avant d'être repris par AST vers 1994."

 

 

 

 Victor v86p

 victor v86p

victor v86p cote

 

Victor v286p

victor v286p

victor v286p closeup

 

 

Go to Top