ico daiLes belges ont produit peu de micro-ordinateurs, mais ce DAI est exceptionnel. Avec des choix techniques intelligents et d'excellentes performances graphiques et sonores, le champion belge n'a pas pu s'imposer au début des années 80 face à une concurrence féroce et déjà bien implantée. Malgré un rachat, la durée de vie fut brêve.

 

 dailogo1

 

Le seul ordinateur belge à notre connaissance, le Charlemagne n'ayant pas dû dépasser le stade du prototype. Gros succès d'estime : ses qualités graphiques et sonores en ont fait un micro-ordinateur mémorable. Malheureusement, cette machine fut peu diffusée et son prix était astronomique : pour le même prix, on se payait un Apple 2, moins performant, mais dont la logithèque était sans commune mesure.

 

dai

 

Data Applications International

Cette société méconnue, sise à la Drève des Renard à Uccle près de Bruxelles, est conceptrice de hardware. Il s’agit principalement d’un bus propriétaire (le DCEbus repris dans le DAI) avec jusqu’à 8 cartes s’y rattachant (dites Real World Cards", généralement architecturées autour d’une interface de périphérique programmable Intel 8255). Tout cela se retrouve dans un rack créé en 1979, le DCU Microcomputer System.

ico ti silent700C’est vers 1978 que DAI se voit confier un projet par Texas Instruments de concevoir un ordinateur PAL. Leur TI99 n’est alors que NTSC et les Texans ne pensent pas l’adapter au standard européen. Pourtant, à la vue de cette puissante machine, ils décident de produire du TI99 au standard PAL. DAI choisira de son côté de commercialiser sa création, techniquement très avancée.
Malheureusement, cette société inventive fera faillite en 1982. C’est Indata qui reprendra alors l’activité en 1984. C’est une filiale fraîchement créée par Prodata, une société d’ingénierie hardware qui existe encore en 2019.

 

DAI seconde mouture

dai2

 

Hollande

Son fait d’armes est d’avoir été choisi par la télévision hollandaise pour illustrer le support d’un cours informatique donné par la télévision hollandaise. Il s’agit de Teleac en 1980. Dès lors, le public a pu l’apprécier et sa vie a été d’autant plus longue et riche.
Technique
Le DAI est un ordinateur très innovant qui intègre de belles solutions techniques choisies avec clairvoyance à l’époque de sa conception. On citer le support d’un coprocesseur arithmétique et l’implémentation d’un générateur de nombres aléatoires au niveau du hardware.
Certes, on pouvait lui reprocher l’utilisation d’un coûteux microprocesseur Intel 8080A, alors que le Zilog Z80 aurait coûté bien moins cher. Mais sa disponibilité fut trop tardive lors du projet et aurait demandé de reconsidérer une partie de l’architecture de la machine.

La caisse du DAI est assez curieuse. Elle reprend les lignes générales du TI Silent 700, un terminal qui utilise une imprimante comme périphérique de sortie et dispose d’un coupleur acoustique en entrée/sortie. Des témoignages expliquent que les concepteurs ont fait rentrer le prototype du DAI dans un Silent 700. Il s’agissait sûrement d’un exploit pour assurer la démonstration aux Texans dans un boîtier de la marque.

 

indatalogo

 

Data Applications International ou Indata ?

Deux machines existent, avec des différences vraiment mineures. Le hardware reste le même, mais le clavier devient gris avec le modèle Indata et son toucher est un peu moins bon. Le DAI originel dispose d’un logo vert, alors que le modèle Indata est en couleur.

Le Indata DAI version 2 dispsoe d'un logo et d'un clavier couleur et d'une sortie Péritel.

 

Témoignage, informations, documents, logiciels, périphériques ? N’hésitez pas à nous contacter et à, pourquoi pas nous faire un don.

 

 

Première acquisition : novembre 1998
Généreux donateur : Didier Prier

Constructeur : Data Applications International puis Indata (Belgique)
Modèle : DAI
Année/Prix : 1979 (1980 en France) et fin vers 1983 (en France) / de 8700 F en 1980 à 6700 F en 1983 environ

CPU : Intel 8080A à 2 MHz avec coprocesseur arithmétique optionnel AMD 9511 compatible Intel 8231
RAM/ROM : configurations de 8 à 48 Ko / 24 Ko (Basic et moniteur)


Graphisme : 13 modes graphiques dont la haute résolution 336 x 256 pixels en 16 couleurs et le maximum de 528x244x16 couleurs (peut-être seulement sur les modèles les plus récents) texte : 60x24 UHF/PAL puis Péritel en 1980. C’est le Programmable Graphics Generator qui s’occupe de la vidéo. Afin d’accroître le nombre de couleurs à l’écran sans avoir recours à plus de mémoire, c’est un mécanisme de type Hold and Modify (HAM) qui s’en charge. A chaque ligne, on peut redéfinir la palette. C’est le même concept qui sera implémenté quelques années plus tard dans le Commodore Amiga.
Son : 3 voies stéréo et génératrice de son sur 3 fréquences et bruit


Ports : Port parallèle, port RS232, sortie vidéo RVB, bus parallèle propriétaire DCE, 6 entrées analogiques (deux ports joysticks analogiques de 0 à 5V), interface série RS 232C, 2 interfaces cassette, son stéréo et 2 ports magnétophone (600 bauds)
Dimensions : 45 x 38 x 12 cm
Périphériques notables : lecteur de microcassettes externe MEMOCOM à haute vitesse. A 6000 BPS, là où les magnétocassettes traditionnels font du 1200. Double lecteur de disquettes 5.25 et OS CP/M. Un rack d’extension DAI Real World Card System est interfaçable. Robot Multisoft.

 

Le cul de l'engin

Avec de gauche à droite :

Bus DCE, port série, deux ports magnétocassettes, deux ports joysticks, son stéréo et vidéo UHF.

dai cul

 

Le livret d'accompagnement

Couverture première mouture, réutilisée aussi dans des publicités. Du multimédia avant l'heure.

daibook

 

 

Memocom

Lecteur de microcassettes externe MEMOCOM Mini Digital Cassette Recorder modèle M DCR-D, avec :

  • 2 têtes, une de lecture/écriture et une d'effacement,
  • 2 faces de 64 Ko chacune,
  • Vitesse 6000 BPS en lecture/écriture de la bande complète en 93 secondes,

Microcassettes Philips 381mm Type NR:8920 440 10 101.

 

Memocom MDCR-D à microcassette Philips memocom mdcr d

 

Patrick nous fait part de son expérience :

"Je pensais que le DAI était tombé dans l'oubli le plus total. Je me rappelle avoir choisi cette machine, car elle possédait beaucoup plus de fonctionnalités que l'Apple II, notamment en ce qui concerne les Entrées/Sorties.

Pour information, les deux entrées joysticks étaient en fait une série de 2 x 3 convertisseur A/N sur 8 bits. Le bus DCE était en fait les trois ports de 8 bits de l'Intel 8255.

J'ai même fini par rajouter à mon DAI un coprocesseur numérique AMD9511 qui améliorait sensiblement le calcul sur les nombres flottants …"

 

Claude précise :

" Sortie en 1978, le DAI est une des machines 8 bits les plus extraordinaires pour son époque, qui n'eut qu'un succès d'estime en France et un assez grand succès en Belgique et Hollande. La machine était bâtie autour d'un 8080A et possédait 72 Ko de mémoire (oui, 72 et non 64) : 48 Ko de RAM et 24 Ko de ROM Basic disposées en bancs commutables. 256 octets de RAM servent de pile pour les appels de sous-programmes. Les sauvegardes s'effectuaient sur magnétocassettes ordinaires, mais grâce à un module d'extension de 2 Ko de ROM. On pouvait aussi relier un magnétocassette à commande numérique à mini-cassette ou (encore plus rare, car moins d'une centaine ont été fabriqués) un double lecteur de floppy disk 5" 1/4 (360 Ko par face). Elle disposait d'une interface vidéo haute définition couleur sur prise péritel et on pouvait relier des amplis, une imprimante parallèle... "

 

Quant à Thierry, il ajoute :

C'est la larme à l'œil que j'ai vu votre page dédiée au DAI. Ce fut mon premier ordinateur et l'utilisation de deux années de jobs étudiants ! J'ai le quasi total : DAI (évidemment), coprocesseur arithmétique, double lecteur de disquettes avec CP/M "officiel" modifié en 60 colonnes pour une TV normale. J'avais trafiqué une sortie vidéo directe et j'avais une image superbe !

 

 

L'image de la Navette Spaciale est un grand classique promotionnel du DAI. On la retrouve dans de nombreuses publicités, comme illustration du potentiel graphique de la machine, bien au dessus de la concurrence. Malheureusement, les capacités avantageuses du DAI n'ont permis d'obtenir une logithèque très riche. Le manque de machines vendues est indéniablement la principale raison.

 

dai shuttle

 

Go to Top