ico apricot pcCet incompatible PC à la sauce anglaise est le premier à proposer son lot d’innovation technique pleine d’élégance pour le constructeur britannique. C’est une machine compacte pour l’époque, qui fait limite camelote sans l’être. Il ne faut pas s’y méprendre. C’est une très belle conception qui a conduit à sa création. Évidemment, la piètre compatibilité avec le standard montant que va devenir MS-DOS à la sauce IBM ne va pas aider à sa diffusion.

 

 

 apricot logo

Après le succès du Sirius, ACT décide de concevoir sa propre machine. Il s’agira du Xi, une machine 16 bits à base de processeur Intel 8086 qui sera très vite renommée en PC, pour être probablement plus explicite.
ACT soigne les détails. La machine est compacte, le clavier se place dessous et une poignée permet le transport. Le choix du lecteur de disquettes Sony 3 ‘’1/2 est avant-gardiste pour l’époque. Il peut être simple face pour 360 Ko de capacité ou avoir jusqu’à deux lecteurs double face pour 2x720 Kosoit 1.4 Mo de capacité. Cela rend les choses praticables sans avoir recours à un disque dur fort onéreux en 1983.

apricot pc ferme

La machine reprend quelques caractéristiques du Sirius 1 dont elle s’inspire. Le graphisme de 800x400 est très apprécié.
Le clavier est beaucoup plus original. Un LCD double ligne de texte de 2x40 caractères permet d’avoir un mode calculette dont le résultat peut être copié sur la ligne de commande. Un gadget sans équivalent. C’est un peu le témoin du soin apporté à la conception de la machine.

 

Découvrez l'histoire d'Apricot ici,  l'Apricot Portable et l’Apricot F1.

ACT Apricot PC
apricot pc

 

 

Pour accompagner l’Apricot PC, les grands classiques de la bureautique de l’époque étaient disponibles : Supercalc, Wordstar, dBase, Word, Multiplan, etc. Les langages tels Microsoft Basic-86, Pascal, C, Fortran ou Cobol furent disponibles.
Dans la dot, on trouvait une série d’outils dont ACT Manager, un gestionnaire graphique du MS-DOS en surcouche graphique.
Plus tard, des upgrades de carte-mère en 286 ont permis d’améliorer la compatibilité PC devenue incontournable.

 

 

Première acquisition : mai 2000
Généreux donateur : Gérard Tischer, Jean-François Laroche (.32)
Constructeur : ACT (U.-K.)
Modèle : Apricot PC
Année/Prix : 1984 en France (06/1983 au UK où la version à disque dur arrivera en mars 1984) / 23 000 F

CPU : Intel 8086 à 4.77 MHz
RAM/ROM : 256 Ko extensibles à 768 Ko (avec un module de 128, 256 ou 512 Ko) / 4 Ko
Graphisme : 800x400 monochrome et texte 80x25 et 132x50
Mémoire de Masse : 1 ou 2 floppies 3"1/2 720 Ko puis disque dur de 5 ou 10 Mo
Ports : RS232c, Centronics et 2 ports d’extension propriétaire
Périphériques : trackball, imprimante…
Clavier de 90 touches avec afficheur LCD et pile 9V de sauvegarde intégrée.
Dimensions : 488x413x313 mm et 6 kg (UC)

 

 

Variation amusante

apricot.32 logo

A notre plus grand regret, l'Apricot.32 n’est pas la déclinaison gersoise de l’Apricot PC. C’est un serveur LAN départemental de 1984-1985 à base de disque dur. La machine est aménagée pour permettre à 32 stations Apricot ou Victor de partager jusqu’à 100 Mo de disque dur et 200 Mo de sauvegarde à travers l’extension Point 32 Bank.

apricot.32
Le boîtier est celui d’un Apricot PC. Il conserve sa poignée rabattable. Rare pour les serveurs. Nous manquons d’information sur cette machine, gageant que le réseau une architecture à bus en simple paire torsadée façon Corvus et réseau de type MS-Net, comme on en trouvait à cette époque.

 apricot.32lan

Des informations sur ces machines ? Contactez-nous.

 

Darth nous précise :


« L'Apricot PC/XI ne fonctionne pas à 4.77 MHz, mais à 5 MHz . Il n'utilise pas un quartz NTSC et un diviseur comme sur IBM PC.
Le point 32 n'est pas une machine de fin de vie. Elle existait en 1985. Elle est arrivée avec MSDOS 3 sur Apricot. C'est en fait un Apricot XI avec une carte spécifique et des logiciels spéciaux pour servir de serveur de réseau. »

 

apricot pc pub

 

Go to Top